Nos généraux défendent cette France millénaire que Macron n’a jamais aimée

Spread the love

Articles : Avr. 2021Mar.2021Fev.2021Jan.2021

À l’heure où l’exécutif semble paniqué par le cri d’alarme que lancent 26 généraux et plus de 13 000 militaires afin de sauver notre France millénaire du naufrage identitaire, à l’heure où ces courageux patriotes sont odieusement persécutés par un pouvoir aux abois, il m’a paru utile de rappeler ce qu’est notre chère Patrie, ce joyau inestimable que nous ont légué nos ancêtres et qui justifie pleinement l’engagement de ces 13 000 militaires, bien décidés à sauver ce fabuleux héritage.

Ce que veut Macron, c’est sanctionner les généraux en enterrant le message d’alarme et la sinistre vérité. Tout va exploser mais tout va pour le mieux.

Avec la mondialisation et l’Europe, nous n’avons cessé de brader notre souveraineté territoriale, monétaire, judiciaire, budgétaire et diplomatique. Jamais de Gaulle n’aurait accepté une telle servitude, un tel abandon, une telle soumission.

Notre France millénaire, Macron ne l’a jamais aimée. Il ne fait que l’affaiblir par sa politique mondialiste et par une immigration dévastatrice.

Notre chère Patrie mérite beaucoup mieux qu’un pâle Président incapable de mesurer et d’admirer ce qu’elle est.

Pour tout patriote, la France, c’est d’abord son Histoire.

Et cette Histoire que notre Président en plein délire veut déconstruire doit rester notre « roman national » avec ses images d’Épinal qui ont marqué des générations d’écoliers du monde d’avant.

Assez de repentance et de dénigrement de nos ancêtres.

La France, c’est Vercingétorix rassemblant les turbulentes tribus gauloises pour affronter les légions de César. La France, c’est aussi Clovis, premier roi barbare baptisé chrétien en 498. C’est Charlemagne, Saint Louis, Henri IV, François 1er ou Louis XIV.

La France, c’est encore toutes ces figures emblématiques qui ont marqué leur époque, comme Charles Martel, Roland le preux, Jeanne d’Arc, Bertrand du Guesclin ou le chevalier Bayard.

La France, c’est également l’épopée des croisades pour libérer les Lieux Saints et sauver les chrétiens d’Orient. Des expéditions titanesques menées par les plus grands rois d’Europe.

La France, c’est encore Napoléon, dieu de la guerre personnifié, un géant aux 40 victoires, mais surtout grand administrateur, père du Code civil, du Code pénal, du corps préfectoral, du Sénat, de la Banque de France, des lycées, des chambres de commerce, de la Cour des comptes, du Bac, sans parler de l’immense œuvre législative.

La France, c’est aussi la grande épopée coloniale qui a fait faire un bond en avant de 1 000 ans à des millions d’hommes et de femmes. Une immense œuvre civilisatrice que Macron transforme odieusement en crime contre l’humanité.

La France, c’est le général de Gaulle, artisan des Trente Glorieuses, qui ne rêvait que de grandeur pour sa patrie, bien loin des petits calculs personnels d’un Macron, qui se sert de la France au lieu de la servir.

La France, c’est aussi sa culture, ses Lettres et ses Arts, sans oublier les grands noms de la science et de la médecine. Descartes, Pascal, Lavoisier, Laplace, Ampère, Pierre et Marie Curie, Pasteur…

La France, c’est le berceau de l’aviation, de l’automobile, du cinéma et du TGV. Un pays qui a su préserver un savoir-faire dans tous les domaines.

La France, c’est une géographie privilégiée entre mers et montagnes, avec ses régions, ses traditions et ses coutumes, sa cuisine gastronomique de renommée mondiale.

La France, c’est un folklore régional cher au cœur du peuple français, sur lequel crachent les médiocres qui pensent avoir la science infuse, tel un BHL, qui avoue misérablement que le folklore franchouillard lui est odieux.

C’est tout cela la France, et bien d’autres richesses encore. Comme nos départements et nos possessions outre-mer, vestiges d’un empire que seul notre pays a su conserver.

Je suis fier que les Réunionnais, les Tahitiens, les Antillais, les Néo-Calédoniens et bien d’autres citoyens d’Outre-mer soient français.

Et c’est pour cette France-là que meurent nos soldats en opérations extérieures. Pour la France de nos ancêtres et non pas pour une France sans racines ni passé, une France sans âme, ayant honte de sa glorieuse Histoire et totalement diluée dans le mondialisme.

C’est pour défendre tout ce patrimoine inestimable que 13 000 soldats ont signé une tribune de vérité. Et c’est bien cette vérité qui dérange au plus haut point le pouvoir.

À part les leaders patriotes, Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan, Marion ou Florian Philippot, toutes les figures politiques se sont couchées et ont fait l’odieux procès de ceux qui veulent défendre la nation.

“La France roule vers l’abîme” répète Philippe de Villiers.

Et Macron sanctionne ceux qui veulent empêcher ce désastre. C’est désespérant.

En 2022, il sera donc impératif d’écarter tous les candidats qui n’ont pas apporté leur soutien aux signataires de cette tribune. Seul un vote patriote stoppera cette infernale course vers l’abîme.

(cet article est extrait du livre “Macron le pire fossoyeur de la France”)

Jacques Guillemain, dans Riposte Laïque

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.