Identitaires chez Hanouna : Top 5 des casseroles au cul des chroniqueurs

Spread the love

Articles  : Jan. 2021Dec. 2020Nov. 2020Oct. 2020

Jeudi dernier, pour la première fois de son histoire, le camp national s’est intéressé au contenu proposé par Cyril Hanouna dans son émission Balance Ton Post. Raison ? Thaïs d’Escufon, jeune égérie de Génération Identitaire était invitée pour défendre son mouvement après une nouvelle opération « Defend Europe » (Défendez l’Europe) menée en début de semaine par ce « Greenpeace de l’identité » afin de bloquer symboliquement la frontière espagnole pour alerter la population sur les risques de l’immigration clandestine.

Une victoire par chaos de la jeune Thaïs.

Thaïs, 21 ans et sans expérience sur les plateaux TV, s’est retrouvée accompagnée de Jean Messiha, ex-cadre du RN, et de Geoffroy Lejeune, rédacteur en chef chez Valeurs Actuelles, pour débattre face à 7 chroniqueurs haineux, particulièrement agressifs, discourtois, manipulateurs et malhonnêtes. La troupe de hyènes, accompagnée de Cyril Hanouna, lui aussi de parti pris dès le départ de l’émission, a pendant plus d’une heure exigé la dissolution pure et simple de Génération Identitaire.

Pourtant, face à des insultes et des calomnies (« néo-nazis », « crypto-fascistes »…), à des fakes news grossières (GI a été accusé d’avoir passé à tabac des migrants lors de leurs opérations « Defend Europe », sans aucune preuve évidemment), ou encore face à des questions totalement indécentes de la part de notre ami Cyril (« Vous êtes raciste ? », « Vous pourriez sortir avec un non-blanc ? », « Vous n’avez rien de mieux à faire de votre vie ? »), Thaïs a su garder son sang-froid, rester digne, intègre, souriante et ne pas s’abaisser à répondre à la haine par la haine.

Résultat, alors que pendant toute la durée de l’émission le camp en faveur de la dissolution de Génération Identitaire a monopolisé le temps de parole pour manipuler l’auditoire, le sondage de fin d’émission auquel des dizaines de milliers de spectateurs ont répondu, a révélé que la grande majorité des sondés étaient contre la dissolution de Génération Identitaire. Victoire par chaos pour la droite européenne.

Des chroniqueurs haineux pourtant bourrés de casseroles

Au-delà de cette victoire, force est de constater que face à la jeune Thaïs lors de ce débat, nombre de chroniqueurs étaient très mal placés pour donner des leçons de morale à la militante, tant ces derniers ont des casseroles au cul qu’il serait bon de leur rappeler sur un plateau TV.

Florilège.

1) Yann Moix, l’homme qui niait l’existence des chambres à gaz

Yann Moix était particulièrement déchaîné ce soir là. Allant jusqu’à qualifier la jeune étudiante identitaire de « crypto-fasciste », Moix n’était pourtant pas en position de faire de leçon de morale. En effet, rappelons que Yann Moix a pendant longtemps été un dessinateur de caricatures antisémites et un rédacteur de textes négationnistes. Il y a quelques années, Yann Moix, l’homme qui niait l’existence des chambres à gaz dans la revue Ushoahia, pensait être tiré d’affaire après avoir fait quelques courbettes chez Ruquier ; cependant, il est certain qu’il aurait été plus que jouissif de faire ressortir ce dossier dans cette émission en direct.

2. Éric Naulleau, l’homme qui écrit un livre avec Alain Soral

Naulleau cherche depuis bien longtemps à se faire pardonner sa collaboration avec Éric Zemmour afin de pouvoir continuer à manger à la cantine de Canal +. Ainsi, il a cherché tout au long de l’émission à disqualifier la pensée identitaire par les stratagèmes les plus absurdes et sordides afin de manipuler l’opinion. Cet excès de zèle face à une jeune femme de 21 ans est logique, au-delà de sa collaboration avec Zemmour, car c’est bien la co-écriture d’un livre avec le polémiste Alain Soral, souvent accusé d’antisémitisme, que le journaliste de gauche souhaite se faire pardonner. Quitte à user de tous les stratagèmes comme nos adversaires, doubler par la gauche Naulleau en lui rappelant l’existence de son livre Dialogues Désaccordés avec Alain Soral aurait été plus qu’efficace.

3. Agathe Auproux, la femme qui « ni*** les arabes »

Chroniqueuse chez Hanouna depuis plusieurs années déjà, ce petit bout de femme aux traits asiatiques n’en était pas moins remontée fortement contre Génération Identitaire. Sous des airs de légalisme forcené, elle n’a cessé d’appeler à la dissolution du mouvement de droite sous prétexte que celui-ci véhiculerait une idéologie raciste. Cependant, si l’on souhaite jouer à ce jeu là, rappelons que de nombreux tweets d’Agathe Auproux ont été retrouvés dans lesquels la bien-pensante faisait l’apologie d’Adolf Hitler, appelait à « ni*** les arabes » ou encore utilisait des hashtags aux caractères homophobes…

4. Karim Zéribi, l’homme qui détournait des fonds publics

Karim Zéribi, ancien homme politique, a lui aussi été particulièrement infâme. Prétextant expliquer à la jeune Thaïs ce que voulait dire «être français », il en a conclu que le mouvement GI était antirépublicain et devait, par conséquent, être dissout. Ce légaliste qui porte haut les couleurs de la République a pourtant été condamné à deux ans de prison avec sursis et 50 000€ d’amendes pour avoir détourné des fonds publics… Sans commentaires.

5. Yassine Bellatar, le clown qui appelle à crier « Allahu Akbar » dans ses spectacles

Le pseudo-humoriste Yassine Bellatar, également très proche du Président Macron en tant que conseiller sur les banlieues, avait au final beaucoup moins d’humour que Jean Messiha sur le plateau. Son but ? Combattre Génération Identitaire pour satisfaire son agenda politico-religieux, d’extrême-gauche et islamiste. En effet, l’homme qui souhaitait la disparition de Zineb el Rhazoui, s’était également illustré en faisant crier à son public lors de ses spectacles à Paris la trop célèbre formule « Allahu Akbar » qui est également utilisée par quasiment tous les terroristes islamistes avant leur passage à l’acte. Les familles de victimes du Bataclan apprécieront…

Riposte Laïque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *