Ces humanitaires veulent nous interdire de montrer les crimes islamistes

Articles : Août 2020juillet 2020juin 2020mai 2020

Riposte Laïque

Ben on n’est pas sortis de l’auberge ! L’association française des victimes du terrorisme (AFVT) vient de porter plainte pour la diffusion sur les réseaux sociaux, accompagnée, selon leurs propres termes, « de messages de haine » envers les musulmans, des photos des victimes de l’attaque au Niger contre des humanitaires français.
Non seulement ces associations envoient à la mort leurs collaborateurs qu’ils délèguent dans des pays plus ou moins musulmanisés, mais en plus ils essaient de cacher aux habitants de la planète la nature profonde du musulman, tentant pas là « en même temps » de se dédouaner de leur complicité de crime pour éviter les dommages et intérêts aux familles des victimes.

Ce véritable négationnisme devrait normalement être poursuivi par tout parquet capable d’analyser sainement les situations, les postures, les proclamations, les messages explicites ou subliminaux et les conséquences létales qui peuvent s’ensuivre.
J’avais déjà développé ici même la nuance qu’il y a, et la confusion qu’entretiennent sciemment les partisans de l’islam, entre le droit à l’information et à la vérité, le droit de répandre des idées et d’émettre des opinions, et les notions de discrimination et de dénigrement ou injure non fondée (RL du 20 mai 2020, « Liberté d’expression et Droits de l’Homme »).

Je le répète, répandre des opinions et des vérités sur le musulman, vérités et opinions étayées de faits, d’événements et d’écrits probants et irréfutables ne peut absolument pas tomber sous le coup d’une quelconque discrimination, sinon ce serait faire le procès de la vérité, or celle-ci ne peut être incriminée puisqu’elle ne poursuit aucun objectif par elle-même, elle se contente d’être ou d’avoir été.
La discrimination (article 2 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, article 14 de la Convention européenne des droits de l’homme) ne peut sanctionner qu’une violation dans l’égalité des droits.

Or si je critique ou émet une opinion basée sur des faits ou écrits vérifiables et irréfutables, je ne fais que répandre la vérité sur une personne ou un groupe de personnes, je ne discrimine pas puisque celui ou ceux que je prends à partie ont le droit de répondre.
La discrimination, ce serait leur interdire de répondre, c’est seulement là où je violerais leurs droits reconnus tant par notre Constitution ainsi que par les textes supranationaux ci-dessus.
En refusant que soient sensibilisés au problème musulman tous les non musulmans du monde, ces associations, toutes les associations droits-de-l’hommistes, tous les avocats qui déposent plainte, tous les juges et leurs assesseurs policiers qui les instruisent deviennent les complices actifs des crimes musulmans commis partout sur le globe.

En mélangeant sciemment des concepts juridiques, en dénaturant de leur portée réelle pour leur donner une portée que n’ont jamais eue les articles des textes des Droits de l’homme, en les tordant pour leur donner des interprétations qu’une simple lecture montre qu’elles n’ont pas, tous ces acteurs, avocats, juges, policiers, associations, politiciens, etc. se révèlent des soldats de l’islam anti-Occident, anti-chrétiens, anti-hindou, anti-orthodoxes, anti-athées, en un mot anti-civilisation.
Bref, ils se déclarent ouvertement ennemis du genre humain, il ne faudra jamais l’oublier, les crimes contre l’humanité sont imprescriptibles.
C’est ainsi qu’ils ont désarmé toute une population française dont ses membres, un à un ou petit groupe par petit groupe, sont décimés par égorgement, vol et viol suivi d’égorgement, attaque par voiture ou camionnette ou camion, défenestration et autres joyeusetés.

Il suffit pourtant de rappeler quelques faits pour bien montrer ce qu’est le musulman dans son essence.
D’abord à chaque attentat, tous les témoignages concordent, les médias et politiciens de la propagande nous le serinent jusqu’à la nausée, tous les assaillants sont des gentils, serviables, aimants, adorables, allaient peu à la mosquée, n’étaient pas radicaux, « on n’aurait jamais imaginé ça d’eux ».
C’est vous dire que du jour au lendemain votre voisin musulman qui vous paraît amène et aimable peut vous égorger, égorger vos enfants et vos compagnes et compagnons.
Il est alors de simple devoir de précaution de se prémunir de tous les musulmans.
Pour le Covid-19, les guignols qui nous gouvernent en font cent fois plus à emmerder tout le monde.
La pratique de la duplicité sous le nom de taqîya est un usage musulman obligatoire dans la guerre qu’ils ont déclarée au reste du monde, si la préfecture de police en avait été avertie, elle aurait probablement échappé à l’attentat.

Au Pakistan, Asia Bibi, chrétienne, a été condamnée à mort pour avoir bu dans un gobelet avant une musulmane.
Au Nigeria, un chanteur vient de se faire condamner à mort pour blasphème
En France, Mila vient de se faire menacer de mort par des milliers de mails de milliers de musulmans sans que la police, les politiciens ou l’Éducation nationale s’en émeuve plus que ça, puisque aucun des auteurs ne semble poursuivi ni expulsé de notre pays, quelle que soit sa nationalité.
En Inde, on vient d’assister à des émeutes musulmanes parce qu’un internaute aurait blasphémé.
Au Moyen-Orient, c’est toute la communauté yazidi qui s’est fait génocider par le musulman.
Tous les mois, au Nigeria encore, des villages chrétiens sont attaqués, les villageois tués, les filles violées, les églises brûlées.
En Afghanistan, le taliban pille, viole, tue, brûle tout ce qu’il approche qui ne serait pas musulman.

Voici quelques réalités vraies du musulman, personne ne peut les nier, même pas les pisse-copies de la propagande des journaux du Monde ou de Libération qui sont obligés de rapporter ces faits sous peine d’être attaqués pour désinformation, pratique contraire à la déontologie du journaliste.
De ces faits avérés découlent les caractéristiques du dévot du Coran, un être intolérant, qui n’hésite pas à tuer qui n’en a rien à faire de Mahomet ou d’Allah, qui ne supporte pas la contradiction ou l’incroyant ou ceux qui ont leurs rites propres, qui hait toute la partie de l’humanité qui n’est pas musulmane, réalité qu’ils essaient de dissimuler sous couvert de duplicité (taqîya) jusqu’à ce qu’ils soient majoritaires dans un pays.
Car quand ils sont majoritaires, ils ne se cachent plus pour entôler et exterminer à leur souhait tout ce qui n’est pas musulman, on le voit tous les jours avec les réalités de l’Afghanistan, du Pakistan, du Nigeria, de l’Iran, etc.

Et c’est avec ça que nos criminels politiques nous imposent le bien-vivre ensemble ?
On en viendrait à souhaiter qu’une épidémie d’exactions musulmanes s’abatte sur tous ces élus et associatifs, qu’ils partagent eux aussi le bien-vivre ensemble qu’ils veulent imposer aux autres comme ils veulent imposer le masque sur la vérité.

Jean d’Acre

Articles cités de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme :
Article 2
1.Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamées dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.
2.De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.
Article 18
Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites.
Article 19
Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.

Convention Européenne des Droits de l’Homme :
ARTICLE 10
Liberté d’expression
1. Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté d’opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans considération de frontière. Le présent article n’empêche pas les Etats de soumettre les entreprises de radiodiffusion, de cinéma ou de télévision à un régime d’autorisations.
Alinéa 2 de l’article 10 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme :
2. L’exercice de ces libertés comportant des devoirs et des responsabilités peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues par la loi, qui constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité nationale, à l’intégrité territoriale ou à la sûreté publique, à la défense de l’ordre et à la prévention du crime, à la protection de la santé ou de la morale, à la protection de la réputation ou des droits d’autrui, pour empêcher la divulgation d’informations confidentielles ou pour garantir l’autorité et l’impartialité du pouvoir judiciaire.

ARTICLE 14
Interdiction de discrimination
La jouissance des droits et libertés reconnus dans la présente Convention doit être assurée, sans distinction aucune, fondée notamment sur le sexe, la race, la couleur, la langue, la religion, les opinions politiques ou toutes autres opinions, l’origine nationale ou sociale, l’appartenance à une minorité nationale, la fortune, la naissance ou toute autre situation.

Humanitaires assassinés au Niger: plainte déposée après la diffusion de photos des cadavres
Par Le Figaro avec AFP
Publié hier à 18:50
Une plainte a été déposée mercredi 12 août à Paris par l’association française des victimes du terrorisme (AFVT) pour dénoncer la diffusion sur les réseaux sociaux, accompagnée de messages de haines, des photos des victimes de l’attaque au Niger contre des humanitaires français, a annoncé l’association.
À lire aussi : Niger: Paris confronté à la faille sécuritaire
La plainte signale des faits d’«atteinte à l’intégrité d’un cadavre» et de «provocation publique à la discrimination par voie électronique», selon le directeur général de l’association, Guillaume Denoix de Saint-Marc. «Nous sommes nombreux à avoir été choqués par la circulation de ces images ainsi que par l’utilisation qu’en font certains internautes identitaires pour appeler à la haine contre les musulmans dans leur globalité», a-t-il expliqué à l’AFP.
Déposée contre X, la plainte «vise ceux qui ont pris les photos, ceux qui les ont diffusées sur internet et enfin ceux qui les relaient et les utilisent pour appeler à la haine». «Des familles, malheureusement, ont vu ces images, qui font des dégâts psychologiques énormes et certaines envisagent de se joindre à la plainte», a ajouté le responsable associatif qui était mardi aux côtés des proches des victimes reçues au ministère des Affaires étrangères.
Des membres de l’association avaient signalé la diffusion de ces photos dès dimanche auprès de Pharos, la plateforme du ministère de l’Intérieur. «Plusieurs publications avaient été rapidement supprimées mais elles continuent de reparaître», a déploré M. Denoix de Saint-Marc. Une enquête judiciaire a par ailleurs été ouverte lundi à Paris par le parquet national antiterroriste au lendemain de cette attaque, non revendiquée à ce jour, dans laquelle ont péri six jeunes humanitaires français de l’ONG Acted, leur chauffeur et leur guide nigériens, dans un parc naturel à 60 kilomètres de Niamey.

2 réflexions sur « Ces humanitaires veulent nous interdire de montrer les crimes islamistes »

  1. Oups, j’ai loupé mon adresse de messagerie (il se fait tard là…) Je la redonne dans ce message et cette fois c’est la bonne !

  2. Attention, la photo illustrant cet article (url https://static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2020/08/Nigermorts.jpg ) va être supprimée sur le site ripostelaïque :
    https://ripostelaique.com/menaces-judiciaires-acted-somme-riposte-laique-de-retirer-les-photos-du-niger.html
    (A moins qu’ils ne suppriment pas le fichier mais l’enlèvent seulement de l’affichage dans leur article, et dans ce cas elle resterait visible chez vous)
    Si besoin, j’ai sauvegardé TOUTES les images (3) en question sur mon ordinateur et je peux vous les envoyer si nécessaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *