Des laïques de gauche s’opposent à la venue de Médine au Bataclan : fort bien, mais…

Jean-Pierre Sakoun, président du Comité Laïcité République, dit s’opposer à la venue de Médine au Bataclan.

Nous ne sommes plus seuls, dans la campagne que nous avons impulsée, avec le Siel, présidé par Karim Ouchikh, le Conseil National pour la Résistance Européenne, présidé par Renaud Camus, la Ligue du Midi, présidée par Richard Roudier, Résistance républicaine, présidée par Christine Tasin, et Riposte Laïque, présidée par Guy Sebag et dont je suis le porte-parole.

Après l’Appel de Cent patriotes, relayé par des premiers soutiens, après la mobilisation que nous mettons en place, le silence des forces de gauche, et encore plus des laïques, était de plus en plus intenable.

https://ripostelaique.com/appel-de-cent-patriotes-pas-de-medine-au-bataclan-au-nom-du-respect-du-a-nos-morts.html

Notre amie, l’historienne franco-libanaise Lina Murr Nehmé, spécialiste de l’islam, explique fort bien ce que signifient, dans le langage musulman, les paroles de la chanson de Médine, « Don’t laik », écrite le 1er janvier 2015, une semaine avant le massacre de Charlie Hebdo. Quand le rappeur islamique appelle à crucifier les laïcards, comme à Golgotha, c’est très loin d’être une provocation innocente, comme il essaie de le dire maintenant.

On s’étonne, dans ce contexte, du silence assourdissant de Jean-Luc Mélenchon, d’Alexis Corbière et de tous les députés Insoumis, qui se disent républicains et laïques. Peur de fâcher Danielle Obono, plus proche des thèses de Médine et des Indigènes de la République ? On ne comprend pas davantage le silence de Caroline Fourest, qui se prétend féministe et laïque, et héritière de Charlie Hebdo. Pas davantage celui des universitaires militants de la laïcité comme Henri Pena-Ruiz ou Catherine Kintzler, et pas plus celui des associations qui prétendent défendre la laïcité et la loi de 1905. On aimerait entendre la si talentueuse Zineb et l’équipe de Charlie Hebdo : aux abonnés absents. Quant au Printemps Républicain, depuis que son mentor, Manuel Valls, lorgne sur Barcelone, il paraît avoir disparu du décor, malgré le temps libre dont dispose le préfet Clavreul qui s’est mis en disponibilité de sa fonction.

Mais nous découvrons, seulement maintenant, à cinq semaines de l’échéance du 19 octobre, un texte issu d’un site appelé « Réseau 1905 », publié fin août, qui paraît s’opposer à l’initiative, lui aussi.

http://www.forum-laique.org/forum-laique/reseau1905/-.html

Dans un registre semblable, dans le journal Marianne, Jean-Pierre Sakoun, président du Comité Laïcité République (CLR) s’indigne, lui aussi, de ce concert mais renvoie dos-à-dos ce qu’il appelle l’extrême droite identitaire et les islamistes, leur reprochant de paralyser le débat, rien de moins. Il a une phrase terrible, pour résumer sa pensée : « pris en étau entre ces deux identitarismes, l’immense majorité des Français, laïques, républicains, souffrent« . Sakoun renvoie donc dos-à-dos les assassins islamistes et les patriotes qui refusent l’islamisation de leur pays. En 1940, aurait-il amalgamé dans le même rejet les nazis et Jean Moulin ?

Remarquons par ailleurs que quinze jours après ces publications, ils ne paraissent pas avoir bougé une oreille…

https://www.marianne.net/debattons/tribunes/medine-ou-l-etau-identitaire

Pourtant, ces militants font un constat que nous partageons, sur la provocation que constitue ce concert de Médine au Bataclan. Ils en expliquent fort bien la symbolique provocatrice et décrivent parfaitement qui est ce rappeur militant islamique. Ils en concluent donc, fort logiquement, par la demande d’interdiction, sans expliquer par ailleurs qui ils interpellent et comment ils comptent procéder pour obtenir cette interdiction.

Il auraient pu démontrer que le simple nom de Médine est une référence à l’extermination, par décapitation, de centaines de prisonniers juifs, à Médine, justement, par le prophète Mahomet. C’est comme si un néo-nazi chantait sous le nom d’Auschwitz…

L’extermination des juifs Quraydha par Mahomet ou comment pratiquer l’art de l’assassinat politique

Ils affirment, de manière fort intéressante, qu’ils sont exaspérés de se faire qualifier de racistes, de fascistes et d’être amalgamés à l’extrême droite parce qu’ils osent dénoncer (pourtant fort timidement) les conséquences de ce qu’ils appellent l’islamisme en France.

Mais ensuite, sans doute affolés d’être amalgamés par la bien-pensance à notre mouvance, ils se sentent obligés de se démarquer de nos positions en estimant que nous étions très méchants et que, bien sûr, ils n’avaient rien de commun avec nous.

Lors d’un débat qui, avec mon amie Anne Zelensky, présidente de la Ligue du Droit des Femmes, m’avait opposé, en 2011, chez Schneidermann, à Bernard Teper, alors président de l’Ufal, et à Nadia Geerts, surnommée la Caroline Fourest belge, nous avions eu droit au coup des années 1930 et à Doriot. Sept ans plus tard, alors que, hélas, les faits nous ont donné raison, ils n’ont pas bougé d’un pouce, enfermés dans un dogmatisme laïque totalement déconnecté des réalités.

https://blog.sami-aldeeb.com/2011/06/27/riposte-laique-ultra-laics-un-billet-vers-le-front-national/

Si encore ils étaient capables de proposer des actions contre l’islamisation de notre pays. Mais qu’ont-ils fait, concrètement, contre la guerre que livrent les soldats d’Allah contre notre modèle laïque ? Rien !

Ils nous reprochent, si nous comprenons bien, d’oser attaquer frontalement l »islam, de nous opposer à la construction de mosquées et de demander la remigration des musulmans qui prônent la charia dans notre pays. Nous serions intéressés de savoir comment, dans un pays qui compte plus de 10 millions de musulmans, selon le président du CFCM lui-même, avec une démographie qui leur est favorable et une accélération de l’invasion migratoire, majoritairement musulmane, nos vaillants militants laïques entendent continuer à défendre la loi de 1905 que Macron, en accord avec les associations musulmanes, détricote consciencieusement avec son prétendu Islam de France. Mais là n’est pas l’essentiel.

Nous avons pris note de la volonté de ces laïques, qui se disent de gauche, de s’opposer à la venue de Médine au Bataclan. Nous avons remarqué qu’ils en appellent à la cohésion nationale, pour s’opposer à cette forfaiture, tout en paraissant vouloir exclure de cette cohésion tous ceux qui n’ont pas leur vision angélique de l’islam. Donc nous.

La balle est dans le camp de ces laïques de gauche. Soit leur texte n’est qu’un effet d’annonce, sans lendemain, et ils sont déjà résignés à ce que ce concert se tienne. Dans ce cas, nous n’allons pas perdre de temps avec eux.

Soit ils sont réellement déterminés à ce que ce concert soit annulé, et ils doivent annoncer ce qu’ils comptent faire. Nous, nous organisons une montée nationale sur Paris et nous appelons les Parisiens à venir nombreux devant le Bataclan, à 18 heures, le vendredi 19 octobre. Nous tiendrons à cet effet une conférence de presse, à Paris, le vendredi 21 septembre, pour expliquer aux journalistes (pour l’instant silencieux) les raisons de notre action et les moyens que nous allons mettre en œuvre.

Dans ce contexte, ces laïques de gauche ont le choix entre deux solutions.

Rester chez eux, parce que nous sommes présents, pour préserver leur virginité, et refuser toute entente nationale. Cela ferait le jeu de Médine et de ses complices et ne les empêchera pas de se faire qualifier de fachos, puisque les islamistes ont compris qu’en faisant le coup du racisme et de l’extrême droite, ils muselaient toute la gauche.

Participer, le temps d’un soir, et plus si affinités, à un combat commun avec des personnes dont ils ne partagent pas l’ensemble de la vision du monde, venir avec un drapeau bleu blanc rouge, chanter la Marseillaise avec nous et empêcher le concert de se tenir. En 1940, cela s’appelait la Résistance.

Donc, malgré notre grand scepticisme, nous ne demandons qu’à être agréablement surpris et accueillerons avec un grand plaisir tous les militants laïques qui se disent de gauche, s’ils veulent se joindre à notre initiative contre la tenue du concert de Médine au Bataclan. Nous faisons nôtre cette phrase magnifique de Renaud Camus : « Les Gaulois de la onzième heure seront accueillis à bras ouverts. On ne dira pas un mot de leurs palinodies. On étendra un voile pudique sur leurs tergiversations. On fera comme s’ils avaient toujours été là et ne nous avaient jamais traînés dans la boue. Mais qu’ils viennent, cette fois, qu’ils viennent en masse, qu’ils viennent de partout en France et d’ailleurs. Qu’ils ne se cherchent pas d’excuse, qu’ils triomphent de leurs empêchements, qu’ils n’aillent pas dire « je viendrai si je suis sûr qu’il y a du monde ». Ne dites pas si je peux, pouvez. Tous ceux qui ne seront pas le 19 octobre devant le Bataclan auront la France et son Histoire sur la conscience. Ceux qui y seront peuvent encore la sauver et, qui sait, l’Europe avec elle. On ne va pas les laisser au MACRON, tout de même »…

Pierre Cassen (Dans « Riposte Laïque)




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *