L’Intellectual Dark Web, refuge des intellectuels anticonformistes


Depuis quelques mois, la sphère intellectuelle anglophone observe avec suspicion ou admiration, c’est selon, l’émergence d’un mouvement nouveau. Vous connaissiez le Dark Web – cette partie du Web qui utilise l’Internet public mais n’est accessible que via des configurations spécifiques. Voici l’Intellectual Dark Web (IDW), un courant aux contours vagues qui utilise la technologie la plus nouvelle – réseaux sociaux, podcasts, vidéos YouTube – pour diffuser ses idées. Ce n’est pas la technologie parallèle qui en fait un mouvement de l’ombre, mais les idées de ses membres. Ceux-ci, malgré des expériences différentes, convergent vers un constat commun : le paysage intellectuel et médiatique anglophone n’accueille pas – ou plus – la diversité des opinions comme il le devrait.

Liberté d’expression.
La plupart des membres de l’IDW ont rejoint le mouvement après un conflit avec la « gauche identitaire » – celle qui se fait entendre dans des universités, influence certains médias et voit le monde par le prisme d’une lutte entre groupes « oppresseurs » et « opprimés ».(…)

Tendances intolérantes.
Dans cette nébuleuse, on peut citer aussi Debra W. Soh, neuroscientifique au style offensif, remarquée pour un article rédigé en 2015 et intitulé « Why Transgender Kids Should Wait to Transition » : elle y démontrait que, dans la majorité des cas, la « dysphorie de genre » de certains enfants – la détresse provenant d’une inadéquation entre le sexe de naissance et l’identité de genre – cessait à l’adolescence. Ou encore le docteur en neurosciences Sam Harris, qui déclencha en 2006 l’ire de la gauche, laquelle révérait jusque-là son athéisme militant. Pourquoi ? Parce qu’il s’en était pris à l’islam, critiquant ce qu’il estimait être ses tendances intolérantes.(…)

Véritable média.
On l’aura compris, l’IDW est un ensemble cohérent mais hétérogène. Et le paradoxe veut que la plupart des réflexions qui en émergent soient des idées modérées, inspirées par le libéralisme politique classique (…)

A ce phénomène médiatique trois grandes raisons.
La première est idéologique : dans les médias, à commencer par la radio et la télévision, le parti pris progressiste est de plus en plus flagrant. Ce déséquilibre est sournois : il ne signifie pas que certaines opinions n’aient pas leurs canaux médiatiques, mais que les chaînes et les émissions reconnues semblent terrorisées à l’idée de tendre le micro à ceux qui pensent autrement, même s’ils se fondent sur des faits. Loin de relever d’une censure directe, les obstacles sont alors plus subtils : ainsi, quand les membres de l’IDW s’expriment (ou s’exprimaient) dans les médias traditionnels, ils sont seuls contre tous, non pas parce que leur opinion est minoritaire, mais parce qu’elle l’est parmi ceux qui conçoivent ces émissions ou y sont invités. La deuxième transformation est liée aux formats mêmes des programmes de radio-télévision. En quelques décennies, aux Etats-Unis comme ailleurs, les émissions de débat sont devenues plus rares, plus courtes, de moins en moins sérieuses. L’idée même de nuance a disparu, les prétendus débats d’aujourd’hui confondant la polémique avec l’échange cordial. Pour traiter tout sujet, dès lors, il faut garnir un plateau de personnes en désaccord. Résultat, un biais de sélection qui nous porte à croire que tout sujet crée des oppositions irréconciliables. Cela, prétendument, serait générateur d’audience. Vraiment ?

(…)Contre toute attente, ces émissions de plusieurs heures passionnent.(…)

Le dernier livre de Jordan Peterson, « 12 Rules for Life », est un best-seller et son auteur remplit les salles. Quillette, confidentiel à son lancement, grossit de mois en mois.(…)

L’IDW n’échappe cependant pas aux critiques.
La première est idéologique. Certains médias de gauche, comme le Guardian ou Vox, tentent de dépeindre le mouvement comme le repère honteux du conservatisme 2.0, voire de l’alt-right (extrême droite). C’est une contre-vérité : si l’IDW compte son lot de conservateurs, il est surtout le refuge de libéraux classiques, et la gauche y a sa part.
(…)

LePoint
(Merci à Valdorf)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *