François Asselineau : La débâcle de Macron en cinq rencontres sur la scène internationale

Articles  : Dec. 2022 –   Nov.2022  –  Oct. 2022 – Sept. 2022 Facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=100069673161887

François Asselineau analyse les fautes commises par Emmanuel Macron sur la scène internationale au cours du mois de novembre 2022.

En trois semaines, notre président a réussi le triste exploit de commettre huit impairs diplomatiques majeurs et de dévaloriser ainsi encore un peu plus la parole de la France. Il ressort de cette analyse que le cas Macron relève de la psychiatrie ou de la haute trahison délibérée, ou des deux à la fois. Il demeure un dirigeant incapable d’apprendre de ses erreurs et semble prendre un malin plaisir à détruire ce qu’il est censé protéger et faire grandir. Les Français doivent cesser d’être hypnotisés par les médias mainstream et ouvrir les yeux sur le danger que Macron fait peser sur notre pays. Il cristallise l’ensemble des forces qui veulent déconstruire la France parce qu’elle entrave le déploiement sur l’Europe occidentale d’un ordre euro-atlantique sous domination anglo-saxonne.

00.00 Introduction
01.20 COP27
04.28 G20
10.05 APEC
16.00 Francophonie
18.35 Pourparlers de paix entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan
21.20 Vladimir Poutine
22.45 Le prétendu couple franco-allemand
24.40 Chine
26.10 Bilan et propositions

Le Média en 4-4-2.

ADDFREESTATS.COM AUTOCODE V4.0 –> AddFreeStats.com Free Web Stats! Ecoutez DJMusic.fr RutubePublié le Laisser un commentaire sur François Asselineau : La débâcle de Macron en cinq rencontres sur la scène internationale

Où en est la confiance de la communauté internationale dans le dollar états-unien?

Articles  : Dec. 2022 –   Nov.2022  –  Oct. 2022 – Sept. 2022 Facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=100069673161887

La confiance de la communauté internationale (la vraie) dans le dollar états-unien et dans la solidité de l’économie US qui le soutient se mesure, entre autre, à l’engouement que peut susciter l’achat des bons du trésor américain par l’étranger et à la part de la dette américaine que chaque État accepte de conserver dans ses coffres.

Avec la guerre en Ukraine, alors que la dette fédérale US n’a cessé de croître pour atteindre les 31 300 milliards de dollars et qu’elle continue d’exploser, alors que le financement des dépenses de défense US et du soutien militaire et financier à l’Ukraine se traduisent par un déficit budgétaire US abyssal de 1 200 milliards de dollars sur 12 mois (100 milliards de $ par mois), alors que le déficit commercial US explose lui aussi à 1 215 milliards de dollars dont 417 (plus d’un tiers) avec la Chine, battant cette année un nouveau record historique, la confiance envers le dollar, monnaie de réserve mondiale, qui n’est gagé sur rien d’autre que sur un océan de dettes et sur une économie au mieux stagnante, au pire en récession, s’émousse avec le temps.

Les derniers chiffres de la situation au 30 septembre 2022 publiés par le département du Trésor US sur la part de la dette US détenue par les pays étrangers ( https://ticdata.treasury.gov/Publish/mfh.txt )montrent que ces derniers réduisent majoritairement leur exposition au produit financier toxique qu’est devenue la dette américaine libellée en dollars.

Sur un plan global, la part de la dette états-unienne détenue par l’étranger le 31 décembre 2021 était de 7 748 milliards de dollars sur 29 000 milliards de dettes fédérales soit 26,7% de cette dette.

Le 31 Septembre 2022, 9 mois plus tard, alors que la guerre OTAN-Russie est en cours en Ukraine, cette part s’est réduite à 7 296 milliards de dollars (soit une réduction de 452 milliards), sur une dette qui, elle, a continué d’exploser à 31 300 dollars. La part de la dette détenue par l’étranger est donc désormais de 23,3% soit une baisse de 3,4% en 9 mois. Cette baisse, sur une période aussi courte, est considérable et signifiante.

Ceci veut dire que, parce que leur dette attire toujours moins les investisseurs étrangers, les USA devront de plus en plus trouver des créanciers au sein même de leur pays alors que ces derniers détiennent déjà 76,7 % de leur propre dette. Plus cette proportion détenue en interne s’élèvera et plus la population US souffrira en cas de crise majeure et/ou si l’État fédéral devait être mis en difficulté voire en faillite.

L’analyse pays par pays pour les principaux créanciers est riche d’enseignements :

Le Japon, principal créancier des USA, détenait encore 1 329 milliards de dollars de dette US le 30 Novembre 2021. En 10 mois, il a réduit son exposition à 1 120 milliards de $, soit une baisse de 209 milliards qui représente une réduction de 16,5 % de son exposition à la dette US. C’est énorme et inédit sur une aussi courte période, surtout de la part d’un allié qui devrait manifester la plus grande confiance dans la monnaie de son protecteur et parrain … Y aurait-il, par le plus grand des hasards, un début de défiance du Japon à l’égard des USA ? Le Japon aurait-il aujourd’hui quelques inquiétudes sur l’avenir de la monnaie et de l’économie états-uniennes ?

La Chine (+ Hong Kong), seconde créancière des USA, détenait encore 1 315 milliards de $ de dette US le 30 novembre 2021. En 10 mois, elle a réduit son exposition à 1 113 milliards soit une baisse de 202 milliards de $, réduction de 15,4 % de son exposition à la dette US.

Rappelons que les USA ont aujourd’hui un déficit commercial de 417 milliards de dollars avec la Chine sur les douze derniers mois. Le record absolu sera donc battu en 2022.

La Chine qui a assisté en direct au gel (ou vol) des avoirs russes par la «coalition occidentale, sait qu’elle figure comme adversaire désigné de l’OTAN dans le concept stratégique 2022. Elle anticipe les provocations et la crise qui l’opposera tôt ou tard à l’OTAN au sujet de Taïwan.

Elle a donc tout naturellement entrepris de se débarrasser d’une bonne part de ses avoirs en dollars, progressivement, bien sûr, pour ne pas déstabiliser l’économie mondiale déjà fort affectée par les sanctions occidentales « boomerang », utilisées comme arme dans la crise ukrainienne, et pour ne pas remettre en cause les échanges commerciaux très bénéfiques qu’elle entretient avec son meilleur ennemi: les USA.

Japon et Chine, l’allié et le challenger des USA en Asie ont donc adopté la même attitude prudente, vis à vis de la dette US en réduisant leur exposition dans des proportions comparables et considérables alors que se poursuit l’opération spéciale russe en Ukraine.

Notons que les autres alliés asiatiques des USA (Taïwan, Corée du Sud, Singapour) ont tous réduit très sensiblement, à l’imitation du Japon, leur exposition à la dette US sur les dix derniers mois.

– Taïwan de 249 à 217 milliards de $ (-13%)

– Corée du Sud de 133 à 105 milliards de $ (-21%)

– Singapour de 194,5 (fin décembre 2021) à 177,5 milliards de dollars (-9% en 9 mois).

En Asie, pour les adversaires ou les alliés des USA, la prudence semble l’emporter y compris sur la solidarité et le soutien à un dollar de plus en plus fragile. La baisse de l’exposition à une dette jugée hors de contrôle traduit une réelle inquiétude, tout particulièrement depuis la guerre en Ukraine et les sanctions boomerang qui ont déstabilisé l’économie mondiale et montré les limites de l’hégémonie états-unienne dans les domaines économiques et financiers. Pragmatiques, les asiatiques s’apprêteraient-ils à virer de bord et à choisir le camp de la multipolarité ?

Sans surprise, le Royaume Uni et la Belgique (en fait l’UE-Bruxelle de Madame Van der Leyen) lient leur destin à celui des USA en augmentant toujours plus l’exposition à la dette US. Pour eux, « il faut sauver le soldat dollar » en entretenant la confiance et donc en rachetant sans compter et sans la moindre prudence un produit de plus en plus toxique : la dette US. Ces deux pays détenaient 846 milliards de dette US le 30 novembre 2021, ils en détenaient 988 dix mois plus tard soit une augmentation de leur exposition de 16,8%. C’est probablement l’effet « solidarité otanienne ».

On notera avec intérêt que les 4 plus gros créanciers cités plus haut cumulent aujourd’hui, à eux seuls, 44% de la dette US détenue à l’étranger.

Viennent après 5 petits paradis fiscaux qui détiennent ensemble 1 225 milliards de la dettes US en 2022 (autant que le Japon ou que la Chine). Il faut les répartir en 2 groupes selon le sérieux et la sévérité des contrôles internationaux auxquels ils peuvent être soumis.

Les moins contrôlés des paradis fiscaux (les Iles Caïmans et les Bermudes) engrangent toujours plus de dettes US depuis le 31 décembre 2021. Il faut bien recycler et blanchir l’aide financière US-OTAN accordée à l’Ukraine et détournée par ses dirigeants. De 333 milliards au 31 décembre dernier, les Iles Caïmans et les Bermudes entreposent désormais 384 milliards de dollars US dans leurs coffres. C’est une augmentation de 15,3% en 9 mois.

Trois autres paradis fiscaux, plus susceptibles d’être contrôlés car européens, et qui sont moins spécialisés dans la « cavalerie spéculative » et le blanchiment d’argent sale, se sont montrés beaucoup plus prudents. Il s’agit du Luxembourg, de la Suisse et de l’Irlande. A eux trois, ils engrangeaient 955 milliards de dollars de dettes US le 30 novembre 2021. 10 mois plus tard, ils ont réduit leur exposition à 842 milliards, soit une baisse de 113 milliards en 10 mois (-12%).

Ce qui reste de la dette US détenue par l’étranger (1 tiers environ) se répartit entre quelques dizaines de pays créanciers qui ont pour la plupart, réduit leur exposition. Les plus importants sont les suivants :

PaysCréances USdébut 2022en milliards de $Créances US30 Septembre 2022en milliards de $Evolution de l’exposition à la dette USOBSERVATIONS
Brésil249(28 février)226– 9,3 %(en 7 mois)Le Brésil souverainiste et multipolaire de Lula pourrait bien décider de se décharger davantage de la dette US dans un futur proche
Inde221 (en août)213– 3,6 %(en 1 mois)L’Inde, adepte de la multipolarité, semble changer d’attitude depuis le dernier sommet des BRICS. Elle a réduit son exposition à la dette USde 8,6 milliards de $ en septembre 2022
France247 (en mars)208– 20 %(en 6 mois)Depuis le début de la crise ukrainienne, la France se déleste de ses créances US, ce qui va à l’encontre du soutien au dollar et de la solidarité otanienne. Il faut rappeler que la France macronienne avait engrangé sans prudence, et sans compter, de la dette US. Le 30 avril 2017, la France ne détenait que 67 milliards de $ de dette US. Elle en avait 247 milliards en mars dernier. En réduisant rapidement et fortement son exposition, la France semble revenir à la raison.
Canada222 (en mars)199-10 %en 6 moisBien qu’appartenant à l’OTAN, le Canada se déleste lui aussi de ses créances en dollars
Norvège119 (en février)100-16 % en 7 moisComme beaucoup d’autres pays membres de l’OTAN, la Norvège n’affiche pas une confiance démesurée dans l’avenir du dollar.
Allemagne94 (en mars)84– 10,6 %en 6 moisL’Allemagne, pilier de l’OTAN, se déleste de ses créances US, ce qui va à l’encontre du soutien au dollar et de la solidarité otanienne.
Australie58 (en mars)56-3%en 7 moisMembre de l’AUKUS, allié des USA, l’Australie ne se précipite pas pour acheter de la dette US en dollars.
Israël66(fin février)51– 23 %en 7 moisAllié privilégié des USA, plutôt bien renseigné sur l’évolution de la finance mondiale, Israël n’affiche pas une confiance démesurée dans l’avenir du dollar.
Italie45,5(fin février)37– 19 %en 7 moisComme beaucoup d’autres pays membres de l’OTAN, l’Italie n’affiche pas une confiance démesurée dans l’avenir du dollar.
Pologne45,5(fin février)33– 27,5 %en 7 moisArdent partenaire de l’OTAN, la Pologne n’affiche pas une confiance démesurée dans l’avenir du dollar. Elle se déleste de ses créances en dollars.
Pays du GolfeAr. Saoud.EAUKoweït213,6(fin février)220+ 3 %en 7 moisLes pays du Golfe sont, avec Londre et Bruxelle parmi les rares à soutenir encore le dollar en achetant de la dette US. Jusqu’à quand ?

Chacun l’aura compris, au-delà du volet militaire du bras de fer en cours entre la Russie et l’occident global (US-OTAN-G7-UE) qui se joue sur le théâtre ukrainien, les volets économique et financier et la résilience sociale des deux parties pourraient bien déterminer le vainqueur comme ce fut le cas en 1990 lors de la guerre froide. L’effondrement de l’une des parties n’est pas à exclure.

Aujourd’hui, la Russie n’est pas isolée, loin s’en faut. Ses réseaux d’alliances se sont montrés solides et solidaires (BRICS, OCS, OTSC, OPEP). Les quatre premiers producteurs mondiaux de gaz qui contrôlent, avec la Russie, 73 % des réserves de la planète et 43 % de la production sont ses alliés ou amis (Iran, Venezuela, Algérie, Qatar). Elle contrôle, avec ses alliés ou amis l’OPEP et le FPEG (Forum des pays exportateurs de Gaz) Son économie fonctionne moins mal que la notre. Sa monnaie se porte mieux que les nôtres (dollar, euro). La capacité d’encaisse de sa population est incontestablement supérieure à celle des populations occidentales qui ne savent plus vivre sans assistance des États, déjà criblés de dettes. Sur le plan militaire, depuis le bombardement de Belgrade, la Russie a mis 23 ans pour restaurer son appareil de défense et préparer une confrontation qu’elle savait inéluctable. Nous y sommes.

En face, deux éléments faisaient la force du bloc occidental, un système financier créé par les occidentaux, pour les occidentaux et reposant sur un dollar imprimé sans mesure, et un système militaire intégré autrefois puissant : l’OTAN.

Ces deux éléments sont aujourd’hui en grande difficulté.

S’agissant des monnaies et des économies, elles s’affaiblissent avec une inflation qui grimpe en flèche et une pression sur la dette qui deviendront très bientôt insupportables et entraîneront des troubles sociaux dans la quasi-totalité des pays membres de l’OTAN. Le dollar ne fait plus rêver et ne fait plus recette. En témoigne la multiplication des échanges en monnaie nationale qui se mettent en place dans le camp de la multipolarité. Ce camp rejette désormais clairement l’hégémonie politique, économique et culturelle occidentale fondée sur l’extraterritorialité du droit états-uniens et la menace permanente de sanctions économiques pour tous ceux qui s’écarteraient des « règles » fixées par l’oncle Sam, règles qui ont une fâcheuse tendance à vouloir se substituer au « droit international ». Le vol par l’occident des avoirs iraniens, afghans et russes ont sapé la confiance que la communauté internationale (la vraie) pouvait avoir dans l’occident global, pour diriger le monde.

Sur le plan militaire, trente ans de désinvestissement en Europe de l’Ouest ont mis à bas la puissance des forces armées des 28 pays européens membre de l’OTAN. En Amérique du Nord, c’est le gaspillage des ressources accordées à la défense, gaspillage dans des conflits et des ingérences sans fin (Afghanistan, Irak, Syrie, Libye, Yemen) et dans la création et l’entretien de 800 bases réparties sur l’ensemble de la planète, qui est en cause. Consommant une trop large part des budgets, ce gaspillage n’a pas permis d’assurer la maintenance et la modernisation des matériels majeurs dans des conditions convenables. Par ailleurs, plusieurs dizaines de milliers de militaires, parmi les meilleurs parce que capables de se reconvertir, ont quitté les Armées US et canadiennes depuis 2021 pour des raisons liées à l’obligation vaccinale.

En clair, les économies et les monnaies occidentales sont malades de part et d’autres de l’Atlantique Nord, plus à l’Est (UE) qu’à l’Ouest (USA-Canada), et les forces armées ne sont pas prêtes pour entreprendre et gagner un conflit mondial de haute intensité classique, c’est à dire non nucléaire. Il faudrait des années d’efforts continus et de réinvestissement massif pour retrouver ce que l’occident a perdu au cours des trente dernières années : la suprématie militaire.

Dans l’état où se trouvent nos économies (inflation, récession, monnaie et dettes), ces efforts de longue durée ne sont pas envisageables. La messe est dite.

D. Delawarde

Breizh-info.com

ADDFREESTATS.COM AUTOCODE V4.0 –> AddFreeStats.com Free Web Stats! Ecoutez DJMusic.fr RutubePublié le Laisser un commentaire sur Où en est la confiance de la communauté internationale dans le dollar états-unien?

Grand remplacement au Royaume-Uni. Birmingham, Leicester, Manchester, Londres…ces villes où les Blancs d’origine britannique sont désormais minoritaires

Articles  : Dec. 2022 –   Nov.2022  –  Oct. 2022 – Sept. 2022 Facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=100069673161887

++ WEBTUBE : Qui peut encore dire que le Grand Remplacement n’existe pas, aussi bien en France que dans toute l’Europe. C’est une civilisation, un art de vivre qui disparait. Un monde violent, individualiste et dangereux émerge. Qu’il faisait bon vivre en Europe et en France jusqu’en 2010. Depuis….. c’est une descente aux enfers qui s’accélère d’années en années

Le Grand Remplacement, un fantasme d’extrême droite ? Manifestement pas au Royaume-Uni, où contrairement à la France, les statistiques ethniques sont autorisées et permettent donc de voir l’évolution ethnique et religieuse dans les différentes villes du pays. Et le recensement de 2021 nous apprend que des villes et districts de Birmingham, Leicester, Manchester, et Londres la capitale, sont désormais des villes où les Blancs d’origine britannique sont désormais minoritaires. Voici quelques chiffres.

Dans le district de Manchester, les Blancs d’origine britannique ne représentent plus que 48,7% de la population totale (avec 1,7 +% d’Irlandais et 6% d’autres Blancs d’Europe). Dans plusieurs quartiers, la population blanche représente entre 7 et 20% de la population totale.

Les communes de Blackburn et de Bradford, proches de Manchester, ont décliné également au niveau du nombre de Blancs, qui ne représentent plus que 56% de la population totale.

A Birmingham, l’immigration extra-européenne a progressivement remplacé les Blancs britanniques, qui ne sont plus que 42% et 5% dans certaines zones du district. Avec 52% et 56% de Blancs britanniques, les districts voisins de Wolverhampton et de Sandwell ne sont pas mieux lôtis.

La Leicester, un peu plus au nord-est, la population blanche anglo-saxonne est descendue à 32%. 55% à Coventry. D’autres districts perdent considérablement en population blanche : ils ne sont plus que 59% à Peterborough, 31,8% à Luton, au nord de Londres (surnommé le Lutonistan), 62,2% à Milton Keynes. A Londres, même en additionnant la population blanche britannique et la population blanche européenne, on arrive à peine à 50% dans la plupart des districts. Il s’agit tout de même de la capitale de l’Angleterre…

Pour le sud du pays, ce sont les districts de Southampton et de Brighton qui connaissent la plus forte progression de population extra européenne.

Au Pays de Galles, c’est le district de Cardiff qui ne compte plus que 73% de Blancs, nombre en chute libre également.

A noter que pour rappel, en Irlande du Nord, où les résultats ont été dévoilés en septembre, l’immigration extra-européenne est quant à elle, hormis quelques quartiers, extrêmement faible.

Globalement, on assiste à une explosion de la présence de citoyens issus de l’immigration extra-européenne dans les principales villes et métropoles britanniques. Les Blancs eux, se réfugient massivement, pour les plus riches, vers les côtes, notamment la Cornouaille, ou le Sud-Est anglais. Les pauvres eux, sont de plus en plus déclassés, à la fois loin des villes si ils peuvent les fuir financièrement, mais aussi loin des côtes, inaccessibles financièrement.

Avec ces statistiques ethniques, le Royaume-Uni et ses dirigeants ont au moins l’honnêteté de permettre à la population de voir, tous les dix ans, à quel point Enoch Powell avait raison, lui qui avait annoncé l’immigration et le remplacement progressif de population dans ces pays. En France, la devise est « les yeux grands fermés ». Les citoyens néanmoins, sont de moins en moins dupes.

Le Grand remplacement vu par The Guardian

Voici ce qu’indique le journal « de référence » The Guardian au sujet de ce qui ne peut plus ne pas être qualifié de changement progressif de population.

Leicester et Birmingham sont devenues les premières villes « super-diverses » du Royaume-Uni, où la plupart des habitants sont issus de milieux noirs, asiatiques ou de minorités ethniques (BAME), selon le recensement de 2021. Au total, 59 % des habitants de Leicester sont issus de minorités ethniques, tandis que 51 % de la population de Birmingham sont des personnes de couleur, tout comme 54 % à Luton, selon les données. En Angleterre et au Pays de Galles, 18 % de la population est issue de minorités ethniques.

John Cotton, conseiller municipal travailliste, a déclaré que la diversité ethnique de Birmingham était une « véritable force », bien que cette étape importante ne soit pas une surprise.

« En fin de compte, les gens font une ville, les gens font un chez-soi, et cette ville et ce chez-soi sont une seule et même chose ici à Birmingham – et c’est quelque chose que nous sommes fiers d’être : un foyer accueillant pour tous ceux qui viennent ici ».

Bien que le recensement ait confirmé ce que le conseil municipal de Birmingham savait déjà sur la composition de la population, il a déclaré que les données étaient « cruciales » pour informer le gouvernement central lors de l’allocation des ressources afin que la ville puisse obtenir « notre juste part de financement et de soutien, afin que chacun ait une chance de prospérer et de réussir ».

Le Dr Chris Zembe, maître de conférences en histoire à l’université De Montfort de Leicester, spécialisé dans l’histoire coloniale et postcoloniale et la diaspora africaine, a déclaré que Leicester était si diversifiée en raison de « l’évolution de la volonté politique locale d’accepter les immigrants venant de l’extérieur des frontières de l’Europe ».

« Accueillir et promouvoir l’intégration – et non l’assimilation – a permis à la ville d’être un creuset de cultures, où la diversité culturelle est célébrée, faisant de Leicester une ville globale avec un respect mutuel pour nos différences », a-t-il déclaré.

L’année prochaine, l’université mènera un projet marquant les 30 ans du meurtre de Stephen Lawrence à Londres par le biais de son centre de recherche Stephen Lawrence, qui se concentre sur les expériences des personnes marginalisées, le racisme institutionnalisé et la violence raciale. Le professeur Lisa Palmer, du centre, a déclaré que les données du recensement montrent que « maintenant, plus que jamais, toutes les institutions nationales, de l’éducation à la santé en passant par l’emploi, doivent prendre au sérieux la question de la race et du racisme afin de s’attaquer aux formes d’inégalités profondément enracinées dans la société ».

Un exemple du « melting-pot des cultures » de Leicester est le café Prana, situé dans le centre-ville et géré par le couple Sukh et Andie Johal. Ce café végétalien emploie du personnel originaire de Corée du Sud, de Turquie, d’Afrique du Sud et de Thaïlande, ainsi qu’un mélange de personnes nées et élevées à Leicester, dont Sukh lui-même. « Depuis le premier jour, nous avons toujours été très diversifiés. C’est tout naturellement que cela s’est mis en place. Lorsque nous commençons à nous mettre en groupes, c’est là que se situent les problèmes et les divisions », a déclaré Sukh. « Je pense que la diversité est une belle chose. »

Après avoir taxé de racisme, de complotisme, ou d’extrémiste de droite ceux qui évoquaient un changement progressif de population, voici que les membres de l’élite se félicitent désormais de ce changement…

Breizh-info.com

ADDFREESTATS.COM AUTOCODE V4.0 –> AddFreeStats.com Free Web Stats! Ecoutez DJMusic.fr RutubePublié le Laisser un commentaire sur Grand remplacement au Royaume-Uni. Birmingham, Leicester, Manchester, Londres…ces villes où les Blancs d’origine britannique sont désormais minoritaires

La chanson du jour, So real – Hiras Lego Boy Remix

Articles  : Dec. 2022 –   Nov.2022  –  Oct. 2022 – Sept. 2022 Facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=100069673161887

So Real, revisité par Lego Boy. Douceur et simplicité pour cette chanson qui vous fera planée. A écouter au coin du feu avec cette l’être aimé.

So Real, revisited by Lego Boy. Sweetness and simplicity for this song that will make you high. To listen to by the fireside with this loved one.

Ci-dessous la version originale :

ADDFREESTATS.COM AUTOCODE V4.0 –> AddFreeStats.com Free Web Stats! Ecoutez DJMusic.fr RutubePublié le Laisser un commentaire sur La chanson du jour, So real – Hiras Lego Boy Remix

Pourquoi Mylène Demongeot nous manque déjà…

Articles  : Dec. 2022 –   Nov.2022  –  Oct. 2022 – Sept. 2022 Facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=100069673161887

Dieu que les apparences peuvent être trompeuses ! Mylène Demongeot, née en 1935, était l’incarnation parfaite, mutine et rieuse de la jolie fille de Français moyens. Tout faux. Le père, Alfred Demongeot, est un haut fonctionnaire du ministère de l’Économie nationale. La mère, Claudia Troubnikova, fait partie de l’élite ukrainienne. Et la jeune Mylène de fréquenter les pensionnats catholiques les plus huppés de Nice tout en révélant ses talents au piano. Mozart et Chopin n’avaient pas de secrets pour elle, dit-on.

Le monde du spectacle est un virus qu’elle attrape tôt, fréquentant assidûment le fameux cours Simon, après avoir posée nue. Certes, elle était encore un bébé potelé et dévoilait ses charmes naissants pour le savon Cadum™. La morale est sauve.

Après quelques petits rôles lui permettant de faire valoir sa charmante frimousse, elle connaît un début de consécration en 1957, avec Les Sorcières de Salemfilm réalisé par Raymond Rouleau sur un scénario de Jean-Paul Sartre, avec Yves Montand et Simone Signoret. Le tournage ne se passe pas très bien, cette dernière lui lançant, peut-être jalouse ou pas vraiment convaincue par la prestation de la jeunette : « Tu pourras toujours faire des ménages ! » Il est vrai que Mylène Demongeot, ce n’est pas exactement Bette Davis. Et alors ?

Pour commencer, elle joue autrement mieux que sa grande rivale – depuis devenue sa meilleure amie – Brigitte Bardot. Mais, surtout, elle irradie l’écran. Mylène est belle, cela se voit. Elle est gentille, cela se sent et se sait. Un an plus tard, dans Bonjour tristesse (1958), d’Otto Preminger, adapté du roman de Françoise Sagan, Mylène Demongeot rivalise de grâce et d’aisance face à Jean Seberg. Sa carrière est lancée.

Le reste suit : 77 films, 21 téléfilms et 10 pièces de théâtre. Le moins qu’on puisse prétendre est qu’elle touche à tout, gambadant allègrement du théâtre d’auteur à celui de boulevard, de metteurs en scène artistes aux artisans de talent. C’est principalement en ce genre qu’elle excelle. Le flamboyant La Bataille de Marathon (1959), de Jacques Tourneur, sans oublier le réjouissant Furia à Bahia pour OSS 117 (1965), d’André Hunebelle, où elle fait tourner la tête de ce cher Hubert Bonnisseur de La Bath, agent secret français ayant précédé un certain James Bond, à la fois sur papier et grand écran.

C’est le même André Hunebelle qui lui donne un autre de ses rôles les plus marquants, la délicieuse Hélène, dans la fantabuleuse trilogie des Fantomas, où elle parvient – qui l’eût cru ? – à s’imposer face à ces deux monstres sacrés qu’étaient alors Louis de Funès et Jean Marais. Dans un semblable registre, Bernard Borderie lui offre le rôle de Milady dans une autre trilogie consacrée aux mousquetaires d’Alexandre Dumas. Petite erreur de distribution : Mylène Demongeot n’est guère convaincante en aristocrate manipulatrice. Le rôle de l’accorte et piquante lingère Constance Bonacieux lui aurait sûrement mieux convenu. Trop tard et tant pis. Notons que l’un de ses derniers rôles, qui lui valut un regain de célébrité tardive, elle le doit à Fabien Onteniente et son Camping (2006). Elle vient de dépasser les 70 printemps, mais demeure belle comme jamais, tout en demeurant au sommet de son art, poignante qu’elle se dévoile en Laurette Pic, épouse de son Jacky de mari, inoubliable Claude Brasseur en vieux schnock atrabilaire. Le film est un triomphe public. Et, au-delà de la simple comédie, il n’est pas interdit d’y voir une anticipation de cette France périphérique en vacances, pas loin de passer du jaune du pastis à celui des gilets. Rien que pour ça, on lui pardonnera d’avoir figuré sur la liste de Bernard Tapie aux élections régionales de 1992.

Pour la petite Histoire, Michel Marmin, ancien critique cinématographique du Figaro et de Valeurs actuelles, nous confie, en ce triste jour : « L’écrivain de romans policiers Léo Malet était fou d’elle… Dans son Journal secret (et posthume), que j’ai édité au Fleuve noir avec Francis Lacassin, il raconte un rêve érotique dont elle était l’héroïne (et lui le bénéficiaire). L’éditeur nous l’a fait retirer de peur de représailles judiciaires, non de sa part, mais de celle de Marc Simenon, son époux. Quelle andouille… » Il est vrai que le fils de Georges Simenon demeura à jamais le grand amour de sa vie, malgré trente années de vie commune assez peu… commune.

On parie que Mylène Demongeot est partie le rejoindre là-haut ? Oui, mais nous voilà désormais bien seuls.

Nicolas Gauthier Boulevard Voltaire

ADDFREESTATS.COM AUTOCODE V4.0 –> AddFreeStats.com Free Web Stats! Ecoutez DJMusic.fr RutubePublié le Laisser un commentaire sur Pourquoi Mylène Demongeot nous manque déjà…

Les 5 gros mensonges de Libé sur le meeting Zemmour de Villepinte

Articles  : Dec. 2022 –   Nov.2022  –  Oct. 2022 – Sept. 2022 Facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=100069673161887

« On s’est vu mourir »… non, sans blague ?

Alors que Reconquête, le parti d’Éric Zemmour, s’apprête à fêter dimanche 4 décembre l’anniversaire de sa création un an plus tôt lors du meeting de Villepinte qui fut un remarquable succès (plus de 12 000 participants), le journal Libération s’est fendu d’un article qui mérite de passer à la postérité au musée de la presse.

Cet article est un monument de mensonges et de duplicité.

https://www.liberation.fr/politique/militants-de-sos-racisme-tabasses-lors-dun-meeting-de-zemmour-un-an-apres-lenquete-pietine-20221202_OVPPRSWD2ZA2BGKOHMLGPXCTR4/

Un tour de prestidigitateur, en fait plutôt une démonstration magistrale de joueur de bonneteau, vous savez ceux qui arnaquent sur les marchés le chaland avec 3 gobelets posés sur une table qu’ils manipulent dans tous les sens. Si le chaland désigne le gobelet sous lequel est caché un objet, il a gagné.
Sauf que le chaland ne gagne jamais, car il y a un truc, et donc il perd invariablement sa mise.

Libération, c’est le roi du bonneteau de l’information.
Démonstration à l’occasion de cet article relatant le meeting de Villepinte du 5 décembre 2021…

Premier tour de passe-passe : l’agression de Zemmour à son arrivée lorsqu’il se dirige vers la scène.
Un homme s’était jeté sur lui, l’agressant à la tête. Le service d’ordre a rapidement maîtrisé l’individu qui a été remis aux services de police (agression visible sur internet).

Libération secoue les gobelets. J’en désigne un… c’est perdu !
Il n’y a pas eu d’agression de Zemmour à son arrivée. D’ailleurs, pas une ligne sur ce point ne figure dans l’article… ça part mal pour moi cette affaire. Je viens de perdre ma mise.

À ce stade, je me dois de faire un petit arrêt sur image afin d’expliquer le contexte et quelques faits aisément vérifiables.
Vu que je ne suis pas un lapin de trois semaines et que j’ai quelques années de militantisme derrière moi, j’ai appris très tôt que lorsqu’une organisation ou un parti tient un meeting, si des opposants viennent, ils sont invariablement qualifiés de « provocateurs » par les organisateurs et fort logiquement sortis du meeting de manière plus ou moins vigoureuse.
Le PCF avait sur ce plan une sérieuse tradition.

Donc en venant au meeting de Villepinte, SOS Racisme qui ne venait pas applaudir Zemmour mais pour tenter de mettre le bazar dans cette réunion savait très bien que ses représentants risquaient d’être accueillis fraîchement.
D’ailleurs Libération le confirme en écrivant :
« Quelques manifestants de SOS Racisme ont fait le déplacement et échappé aux nombreux barrages de police. »
Quand on « échappe » aux nombreux barrages de police… c’est qu’on est conscient d’avoir quelque chose à se reprocher. Ou qu’on prépare un mauvais coup.

Et Libération d’ajouter un énorme mensonge :
« Sur place, ils sont très vite pourchassés par des radicaux »
C’est totalement faux. J’étais sur place à ce meeting, et juste à côté de ces militants. Lorsqu’ils sont arrivés, ils n’avaient aucun signe montrant leur appartenance. Ce n’est que plus tard qu’ils sont montés sur leurs chaises en enlevant un vêtement qui cachait le tee-shirt portant une lettre dont l’ensemble des lettres disait « non au racisme » et qu’ils ont hurlé des slogans.
Ce qui déclencha très vite une réaction des spectateurs autour et l’expulsion manu militari de ces individus. Très logiquement. Comme dans n’importe quel meeting.

Second tour de passe-passe : l’agression dont ont été « victimes » les militants de SOS Racisme durant le meeting de Villepinte.
Moi, je parie que ce sont les militants de SOS Racisme qui sont venus pour mettre le bazar dans le meeting et qu’ils ont été logiquement sortis parce que ce sont des provocateurs.

Libération secoue les gobelets. J’en désigne un… c’est encore perdu !
Les militants de SOS Racisme sont les « victimes » de « gros fachos violents ». Une militante de SOS Racisme dira même « On s’est vus mourir … » précise l’article. Et ils n’ont commis aucune provocation.

Zut… j’ai encore perdu ma mise. Ce jeu est diabolique. J’espère avoir plus de chance au prochain pari.

Par curiosité, comme j’étais au fond de la salle, j’ai suivi les expulsés pour voir ce qu’ils devenaient.
Très logiquement, ils ont été remis aux forces de l’ordre présentes à l’extérieur de l’enceinte du meeting.
Mais il y avait aussi la presse… qui a bien sûr interviewé les « victimes » avant qu’elles ne soient emmenées par la police.
J’ai eu le sentiment bizarre que tout cela était vaguement organisé. Et que les « victimes » étaient de mèche avec la presse.

Troisième tour de passe-passe : les entretiens des « victimes » avec la presse.
Je suis certain que les militants de SOS Racisme vont indiquer à la presse une version dans laquelle ils sont les pauvres victimes de « gros fachos » qui les ont frappés. Et c’est bien le cas.
D’ailleurs, l’une des victimes qui avait un peu de sang sur la figure s’est vu proposer par une femme de nettoyer ce sang.
Refus de la « victime » qui déclare :
« Non, non, merci… j’ai encore une télévision à faire » (séquence facilement trouvable sur internet). Cela ressemble de plus en plus à une cabale bien organisée. Il faut montrer du sang aux téléspectateurs afin de prouver la violence des « fascistes ». Et la télévision qui filme c’est … BFM. Absolument surprenant !
Moi, je parie que Libération va relater ces faits et la complicité des « victimes » et de la presse qui ont pour objectif de discréditer le meeting de Zemmour et sa politique qui dérange les bien-pensants.

Libération secoue les gobelets. J’en désigne un… c’est à nouveau perdu !
Et effectivement, il n’y a pas une ligne dans l’article sur cet épisode. C’est encore Libération qui gagne. C’est vraiment infernal ce jeu.

Quatrième tour de passe-passe : l’analyse par Libération du discours de Zemmour à Villepinte.
C’était le premier grand discours de campagne de Zemmour, candidat à l’élection présidentielle.
Avait-il raison de dénoncer la déchéance dans laquelle l’école est tombée ? Et l’école s’est-elle améliorée depuis ?
Avait-il raison de dénoncer le déclassement de France dont tous les indicateurs économiques sont en berne ? Et la situation s’est-elle améliorée depuis ?
Avait-il raison de dénoncer l’immigration incontrôlée que nous subissons ? Et la situation s’est-elle améliorée depuis ?
Avait-il raison de dénoncer une insécurité grandissante, notamment en relation avec cette immigration folle ? Et la situation s’est-elle améliorée depuis ?
Avait-il raison de dénoncer l’abandon de toutes les populations vivant en province avec la disparition des services publics, le nombre incroyable de désert médicaux… ? Et la situation s’est-elle améliorée depuis ?
Moi, je parie que Libération va en cette date anniversaire de Reconquête avoir quelques lignes d’analyse sur le discours prononcé par Zemmour afin de répondre à toutes ces questions.

Libération secoue les gobelets. J’en désigne un… caramba, c’est une fois encore perdu !
Pas une ligne sur cela dans cet article. Pour Libération, le meeting se résume à l’affaire avec SOS Racisme. Peu importe le reste.

Cinquième tour de passe-passe : Libération et la violence
Libération écrit :
« Je m’étonne que l’enquête ait si peu avancé qu’Éric Zemmour puisse encore faire référence à Villepinte alors que ce devrait être une source de honte pour lui, s’indigne auprès de Libération le président de SOS Racisme, Dominique Sopo. Vouloir valoriser ce moment est constitutif de son projet politique : quand on écoute bien ce que dit Éric Zemmour, c’est la violence qui devient une arme politique.»
Donc si l’on comprend bien, au travers des paroles de Dominique Sopo, Libération semble être opposé à la violence.

Comme je ne suis pas encore arrivé à la fin de l’article, je suis certain que Libération va prendre quelques lignes pour condamner la violence permanente des antifas, tout comme celle de la LFI dont le leader, Mélenchon, vient d’appeler ouvertement ses militants, lors d’un meeting, à agresser les militants « d’extrême-droite ».
Notons qu’à l’inverse, aucun fait de violence ne peut être reproché à Reconquête. Pas de meeting dans lequel ses militants font des provocations comme SOS Racisme à Villepinte, pas de manifestation attaquée par des militants Reconquête. Rien… aucune violence !
Donc je parie que l’article de Libération va dénoncer toute cette violence d’extrême gauche qui s’étale quotidiennement dans les journaux, comme lors du meeting de Bardella (RN) à Rennes ou durant la manifestation de Callac le 5 novembre. Et ce ne sont que deux exemples…

Libération secoue les gobelets. J’en désigne un… encore perdu ! Je n’en peux plus de ce jeu.

Dernier tour de passe-passe : Libération et l’honnêteté journalistique.
Je parie que Libération est un journal pourri qui ment effrontément à ses lecteurs, qui travestit la réalité, qui est partisan des thèses immigrationnistes et soutient honteusement la violence des antifas et de la LFI.
Je parie que Libération est un journal vendu aux mondialistes et aux européistes.
Je parie que Libération déteste la France, les Français, leur culture et leur identité.

Libération secoue les gobelets. J’en désigne un… et là c’est moi qui ai gagné !

Libération n’est qu’un torchon !

Bernard Germain Riposte Laïque

ADDFREESTATS.COM AUTOCODE V4.0 –> AddFreeStats.com Free Web Stats! Ecoutez DJMusic.fr RutubePublié le Laisser un commentaire sur Les 5 gros mensonges de Libé sur le meeting Zemmour de Villepinte

Action exemplaire à Montpellier contre SOS Méditerranée

Articles  : Dec. 2022 –   Nov.2022  –  Oct. 2022 – Sept. 2022 Facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=100069673161887

« Mercredi soir (30/12/2022) un groupe de citoyens a protesté contre la morgue et le culot de SOS Méditerranée, et de ses bateaux-pirates. Avec des questions légitimes : les migrations organisées par les ONG sont-elles de l’humanisme ou de l’esclavage moderne ? L’humanisme consiste-t-il à arracher des hommes de leur culture enracinée pour en faire des esclaves en Europe ? La défense des travailleurs français consiste-t-elle à importer une main-d’œuvre sous-payée qui fait baisser les salaires et crée encore plus de chômage ?

À qui profite cette organisation tentaculaire ? Aux passeurs, armateurs, présidents d’associations souvent issus de la haute fonction publique ? En tout cas, pas aux migrants eux-mêmes. Mais surtout pas aux Français : retraités, étudiants, paysans, soignants relégués, et j’en passe, sont les parias de notre société, et mériteraient un peu de la manne de ces « nouveaux négriers » comme le dit joliment Michel Onfray.

Les citoyens de tous bords qui nous ont rejoints dans notre protestation assurent par leur engagement à rester unis pour dénoncer les injustices et les incuries de notre société décadente ».

Deux haies de déshonneurs pour les Kollabos

Les participants au concert de soutien à SOS Méditerranée, le 30 novembre, ont été accueillis par une double haie d’honneur tout à fait particulière. Alignés de part et d’autre de la porte d’entrée de l’Opéra-Comédie à Montpellier, des manifestants silencieux tenaient des pancartes de protestation. Les donateurs de SOS méditerranée qui se rendaient à un concert caritatif en faveur du bateau de transport de migrants, Ocean Viking, vers l’Europe ont vécu un moment très pénible. Ils ont dû marcher entre deux rangées de citoyens, silencieux, qui tenaient des pancartes : SOS PAYSANS, SOS POMPIERS, SOS POLICIERS, SOS SOIGNANTS, SOS FEMMES VIOLÉES, SOS ÉGORGEMENTS, SOS VIOLENCES… La rencontre de deux mondes. Un moment difficile à vivre, un moment de honte pour la bourgeoisie « bobo » montpelliéraine. Ces collabos de l’invasion migratoire se sont vu rappeler que le peuple souffre de l’occupation étrangère, et qu’une majorité de ces « sans-dents » rejette la politique d’abandon de la Patrie. La plupart d’entre eux regardaient leurs pieds et seuls une dizaine d’invités osèrent poser des questions, arguant de leur bonne foi, puisqu’eux aussi « défendaient les paysans, les soignants, les femmes violées… »

Les médias de la « Kollaboration »

On se souvient qu’en 1944, à la libération de l’occupation allemande, les organes de presse qui avaient collaboré avec l’envahisseur ont disparu. Les journalistes ont vécu un moment difficile quand la population leur a demandé des comptes. Cette leçon semble avoir été oubliée, ce qui explique, certainement, que de nouveaux médias s’associent avec cette opération de soutien au trafic maritime de colons clandestins qui traversent la Méditerranée. Comme dans les années sombres de l’occupation nazie, les collabos se recrutent dans la bourgeoisie et l’oligarchie. On a noté la participation à cette soirée du maire de Montpellier Delafosse, de l’archevêque Turini, tous deux entrés en catimini par l’entrée des artistes, quelques élus tel Hussein Bourgi (sénateur de l’Hérault), des élus locaux, etc. Nous avons appris à cette occasion que les collectivités avaient mis la main au portefeuille (le nôtre, en l’occurrence, puisqu’il s’agit d’argent public, celui qui nous est pris de force par le fisc). Bien qu’une très large majorité de Français demande l’arrêt de l’invasion, la ville de Montpellier subventionne le transport de clandestins, mais c’est également le cas de la Métropole, du Département, de la Région et même de l’Opéra de Montpellier qui vit essentiellement de subventions ! Pour résumer ce scandale, les élus utilisent notre argent pour financer l’arrivée de ceux qui nous agressent dans nos rues !

Pour être précis, l’organisation était prise en charge par la Métropole de Montpellier et le personnel prêté par la municipalité… le bénéfice de l’opération (12 000 euros) allant renflouer les caisses de SOS MÉDITERRANÉE). Le buffet copieux trônait au premier étage et le public clairsemé ne dépassait pas la jauge de 500 convives.

Mise en place d’un processus pérenne de débarquement

Ces gens ont tous les culots. Ils se moquent de nous en racontant qu’ils « sauvent des vies » alors que c’est tout le contraire. L’accueil qu’ils organisent incite de plus en plus d’Africains, de Moyen-Orientaux, etc. à risquer leur vie dans une traversée périlleuse. Le trafic est organisé, au moins pour la partie qui va jusqu’à la limite des eaux territoriales libyennes, par des mafias internationales du même type que celles qui organisent les trafics de drogue. Résultat, des milliers de morts parmi les colons. Les sponsors de SOS Méditerranée ont ces morts sur la conscience. Nos élus utilisent notre argent dans cette entreprise criminelle.

Dans son propos liminaire à la soirée, la présidente de SOS Méditerranée expliquait qu’elle souhaitait « mettre en place un mécanisme de débarquement et de répartition « solidaire » des rescapés ! ». (C’est le projet des centres de tri qui seraient disséminés sur tout le littoral de Collioure jusqu’à Menton). Quel aveu et quel culot ! Tous ces bons bourgeois, repus et contents, en participant à cette action dite « caritative, se sont associés au projet d’invasion de notre patrie. Un projet clairement assumé. Les 150 manifestants qui ont accueilli les spectateurs-donateurs, en silence, avec des pancartes de protestation, leur ont rappelé la souffrance des victimes de la violence migratoire. Des trouble-fêtes…

L’ultra-gauche aux abonnés absents

Curieusement les antifas, toujours prêts à servir de porte-flingues à l’oligarchie, n’ont rien tenté pour empêcher la protestation des identitaires et patriotes. Il n’y avait qu’une poignée de policiers pour surveiller la manifestation, pourtant déclarée par les identitaires. La préfecture savait que les islamo-gauchistes ne se mobiliseraient pas. D’où le calme dans lequel cette protestation populaire a pu se faire. Reste à comprendre pourquoi l’ultra-gauche violente ne s’est pas mobilisée cette fois-ci. Après son absence remarquée lors du rassemblement pour LOLA, ça commence à faire jaser au « Barricade », à l’université Paul Valéry et entre toutes les composantes de la mouvance gaucho. Certaines mauvaises langues montpelliéraines chuchotent que les gauchistes n’ont pas eu le courage de venir défendre, ouvertement, un pince-fesse de la bourgeoisie. Pudeur ? Peur de montrer au grand jour leur positionnement politique, celui de la défense des intérêts des puissants ?

Nicole Mina Riposte Laïque

ADDFREESTATS.COM AUTOCODE V4.0 –> AddFreeStats.com Free Web Stats! Ecoutez DJMusic.fr RutubePublié le Laisser un commentaire sur Action exemplaire à Montpellier contre SOS Méditerranée

“J’en ai les larmes aux yeux” : les kiosquiers de la tour d’Eiffel expulsés par la mairie de Paris d’ici la fin de l’année 2022, les vendeurs à la sauvette “grands gagnants”

Articles  : Dec. 2022 –   Nov.2022  –  Oct. 2022 – Sept. 2022 Facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=100069673161887

++ WEBTUBE : Le fric toujours le fric. JO 2024 JO du fric et de la déraison ?

« Je sais que je vais pleurer quand ils vont enlever le kiosque », prévient Sylvie, employée du Kiosque des fontaines, face à la tour Eiffel. La douzaine de kiosques des abords de la Dame de fer est sommée de partir d’ici la fin de l’année 2022 par la Ville de Paris, en vue des travaux de rénovation de la tour Eiffel prévus pour accueillir les Jeux olympiques 2024.


02/12/22

Sous couvert de travaux en vue des Jeux olympiques, la Ville de Paris a décidé d’expulser avant la fin de l’année la douzaine de kiosquiers officiels qui proposent des souvenirs et des denrées alimentaires près de la tour Eiffel et du Trocadéro. Un manque à gagner estimé à plus de 10 millions d’euros qui pourrait profiter au marché noir.

Durant toute l’année 2023, au pied de la tour Eiffel, si les vacanciers ont soif, veulent déguster des churros ou s’acheter un porte-clé de la Dame de fer, ils n’auront pas le choix. Il leur faudra se tourner vers les draps tendus sur le macadam par les vendeurs à la sauvette qui se répartiront un « gâteau » estimé à plus de dix millions d’euros par an. Car la Ville de Paris a décidé d’expulser tous les kiosquiers autour du Trocadéro et de la tour Eiffel, le monument emblématique de la capitale.

Cette douzaine de petits commerçants officiels — payant un loyer dépassant souvent 100 000 euros annuels et employant chacun une dizaine de vendeurs, afin d’écouler nourriture ou souvenirs — refuse de quitter ces sites touristiques. Mais la mairie multiplie les procédures pour les obliger à partir.

(…)

« Les kiosques ne dérangent absolument pas, ils ne sont même pas situés sur les coins de pelouse qui doivent être créés, plaide Me Charles-Édouard Forgar qui défend plusieurs commerçants. En plus, si besoin, les kiosques peuvent être déplacés avec un simple transpalette pour être posés où la mairie le souhaitera, au moins jusqu’à fin 2023. Mais la Ville n’a jamais répondu. La vérité, c’est que ce chantier, c’est un enfumage pour se débarrasser des kiosquiers. Pour certains, leur concession court pourtant jusqu’à 2025, et aucune indemnité n’a été proposée… »

(…)

Pendant l’été, la mairie de Paris a lancé un appel d’offres pour toutes ces concessions qui ne seront pourvues qu’à l’issue des travaux, donc début 2024 — laissant le champ libre au marché noir pendant les chantiers

(…)

Sa fille Juliette renchérit : « C’est mon métier aussi, je n’ai même jamais réfléchi à ce que je pourrais faire d’autre. Et même pour l’image de Paris, durant un an, ça va donner quoi ? Tous les gens qui veulent grignoter quelque chose iront acheter à des gens dans la rue qui ne respectent aucune règle d’hygiène ? »

« Notre kiosque, c’est notre bébé »

Déjà, les vendeurs à la sauvette tiennent le pavé. Le soir surtout, certains écoulent par exemple des châtaignes grillées sur un barbecue de fortune. « Ils font fonctionner ça avec des bouteilles de gaz, c’est hyper dangereux », lâche Baptiste qui tient un kiosque alimentaire sur les quais, face à la tour Eiffel avec son associée Tatiana. Proche de la trentaine, ce duo a pris un crédit pour près de 300 000 euros afin d’investir dans ce commerce qui a ouvert fin 2019.

(…)

Le Parisien

ADDFREESTATS.COM AUTOCODE V4.0 –> AddFreeStats.com Free Web Stats! Ecoutez DJMusic.fr RutubePublié le Laisser un commentaire sur “J’en ai les larmes aux yeux” : les kiosquiers de la tour d’Eiffel expulsés par la mairie de Paris d’ici la fin de l’année 2022, les vendeurs à la sauvette “grands gagnants”

Alexandre Devecchio : « Il faut supprimer ce statut de “mineur isolé”, dévoyé et coûteux. C’est souvent un vecteur de délinquance, et des délinquants que l’on ne peut pas punir car ils sont mineurs »

Articles  : Dec. 2022 –   Nov.2022  –  Oct. 2022 – Sept. 2022 Facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=100069673161887

ADDFREESTATS.COM AUTOCODE V4.0 –> AddFreeStats.com Free Web Stats! Ecoutez DJMusic.fr RutubePublié le Laisser un commentaire sur Alexandre Devecchio : « Il faut supprimer ce statut de “mineur isolé”, dévoyé et coûteux. C’est souvent un vecteur de délinquance, et des délinquants que l’on ne peut pas punir car ils sont mineurs »

Macron aux Ehpads-Unis d’Amérique – JT du mercredi 30 novembre 2022

Articles  : Dec. 2022 –   Nov.2022  –  Oct. 2022 – Sept. 2022 Facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=100069673161887

Au programme ce soir, Emmanuel Macron en visite aux Etats-Unis pour trois jours. Entre les anciennes et les nouvelles attaques économiques de l’Amérique contre l’Europe et la guerre en Ukraine, les sujets de conversation ne devraient pas manquer. Nous évoquerons ensuite le scandale qui entoure la marque de vêtements pédo complaisante, Balenciaga. L’enseigne a commis une campagne publicitaire abjecte. Elle a dû faire marche arrière. Et enfin, un premier bilan de la Coupe du monde de football au Qatar de Nicolas de Lamberterie avec la participation du journaliste suisse Alimuddin Usmani.

ADDFREESTATS.COM AUTOCODE V4.0 –> AddFreeStats.com Free Web Stats! Ecoutez DJMusic.fr RutubePublié le Laisser un commentaire sur Macron aux Ehpads-Unis d’Amérique – JT du mercredi 30 novembre 2022