Macron reconnaît le caractère centrale de la « race » dans la société française et annonce vouloir « déconstruire » l’histoire de France

Articles : Avr. 2021Mar.2021Fev.2021Jan.2021

Macron était interrogé par la chaîne américaine CBS. Dans un anglais bancale, il a rallié la gauche intersectionnelle US et expliqué son intention de passer en mode « déconstruction » du racisme systémique.

Le plus intéressant, c’est que Macron a admis que la race était désormais une question centrale en France en la liant explicitement à l’immigration, notamment africaine. « Nous sommes un ancien état colonial. Nous avons été et nous sommes encore un pays d’immigration. Nous avons beaucoup de gens qui viennent de nos anciennes colonies, notamment du continent africain. Nous avons clairement cette poussée de la race, qui est au cœur de notre société et qui crée beaucoup de tensions » a-t-il notamment déclaré avant d’enchaîner sur les personnes qui « tiennent des discours racistes » et que Macron assure vouloir faire taire.
Parmi les solutions invoquées pour régler la question blanche, la « déconstruction » de l’histoire de France.
« Déconstruire » l’histoire de France est la formule marxiste habituelle pour évoquer sa réécriture par les allogènes et les gauchistes afin de préparer le Grand Remplacement. Il ne s’agit pas de « déconstruire » mais de détruire. Avant d’anéantir les Blancs collectivement, il faut détruire leur légitimité historique sur la terre de leurs ancêtres.
Disclaimer : la France est un pays peuplé de Blancs depuis sa fondation

Le coming out racialiste de Macron est une réelle satisfaction.

En 2018, on en était encore à supprimer le mot race de la constitution.

Maintenant, la question raciale est admise au plus haut niveau.

Il ne restera bientôt plus que la droite française pour maintenir que les races n’existent pas.

Captain Harlock, D.P.

Christophe, 45 ans, égorgé, Pierre, 68 ans, lynché : 2 morts sur ordonnance

Articles : Avr. 2021Mar.2021Fev.2021Jan.2021

Il y a 15 jours, dans le Nord de la France, Christophe Fauquenoy, 45 ans, était retrouvé égorgé dans le hall de son immeuble. Il vivait dans un quartier où les dealers, en toute impunité, faisaient la loi, et ne supportait plus la situation. Le crime est signé, par le mode opératoire. Pas un article dans la presse nationale, ils s’en foutent, c’était un Français !

Visite de nos merveilleuses régions, aujourd’hui la région lyonnaise.

Articles : Avr. 2021Mar.2021Fev.2021Jan.2021

« Wollah – La Mecque – Wollah – La Mecque » : les magnifiques algériennes de Lyon sont irrésistibles

Le bon vieux parlé lyonnais : y’a rien qui va j’suis mort

Quatre jeunes hommes et une jeune femme ont été interpellés par la police judiciaire jeudi soir et ce vendredi matin. Ils sont soupçonnés d’être les auteurs du meurtre d’un sexagénaire

Articles : Avr. 2021Mar.2021Fev.2021Jan.2021

19/04/2021

Une information judiciaire est ouverte par le parquet de Bordeaux pour meurtre. L’autopsie, pratiquée à l’Institut médico-légal de la ville, conclue à un décès dû « à un œdème cérébral post-traumatique suite à un fracas facial majeur », selon le parquet. Plusieurs fractures ont été relevées sur son visage.

Les cinq personnes sont sans emploi et originaires des communes de la rive droite, Lormont, Cenon et Floirac. L’une d’entre elles, connue pour des faits de violence, serait récemment sortie de prison. Selon un proche de l’enquête, les quatre garçons auraient reconnu leur présence sur les lieux et avoir porté des coups de pied à la victime. Les quatre agresseurs présumés ont justifié leur acte en représailles à un propos qu’ils ont jugé déplacé de la part de la victime. En revanche, ils ont nié avoir eu l’intention de tuer.

Le Parisien


18/04/2021

Dans un communiqué, le parquet de Bordeaux annonce la mise en examen et le placement en détention provisoire de quatre jeunes hommes, après le meurtre d’un sexagénaire à Floirac, le 10 avril dernier. Une cinquième personne, une femme, est placée sous le statut de témoin assisté. 

(…) D’après le communiqué de la procureure Frédérique Porterie, “l’hypothèse d’une mauvaise rencontre avec une personne qui aurait été dérangée et surprise par la présence de la victime [est] rapidement privilégiée, l’homicide de la victime ayant manifestement été commis avec soudaineté et brutalité.”

(…) Mardi 13 avril, l’enquête progresse rapidement grâce à un témoignage anonyme fourni aux policiers. Selon cette personne, un jeune homme de 21 ans, habitant à Cenon, se vante d’être l’auteur du meurtre. (…)

France 3


17/04/2021

La victime de 68 ans aurait croisé ses meurtriers dans les parties communes de son immeuble, rapporte Sud-ouest. Cinq suspects ont été interpellés.

(…) Selon les éléments de l’enquête, des voisins ont souligné la présence régulière de jeunes dans les locaux, fumant et buvant. À partir des indices recueillis, quatre suspects âgés de 19 à 21 ans ont été identifiés, soupçonnés d’avoir tué Pierre Sourgen de façon gratuite, ainsi qu’une jeune femme qui aurait également été impliquée dans le lynchage. La victime avait l’habitude d’effectuer une balade avant de dîner. Il aurait alors croisé les jeunes et aurait fait une banale réflexion, suffisante pour déclencher leur courroux puis un déchaînement de violence. Les jeunes l’auraient fait chuter puis l’auraient roué de coups de pied, avant de l’abandonner à son sort et de prendre la fuite.

(…) Le Figaro


Quatre jeunes hommes et une jeune femme ont été interpellés par la police judiciaire jeudi soir et ce vendredi matin. Ils sont soupçonnés d’être les auteurs du meurtre d’un sexagénaire

Moins d’une semaine après la découverte du corps sans vie de Pierre Sourgen, un habitant de Floirac de 68 ans, les enquêteurs de la police judiciaire (PJ) de Bordeaux ont identifié une bande de jeunes gens d’une vingtaine d’années qui serait à l’origine des coups ayant causé la mort du sexagénaire.

Samedi dernier, vers 19 heures, c’est un habitant de la résidence Le Hameau-de-Bourbon, rue Edgar-Degas à Floirac, qui a découvert Pierre Sourgen, au sol, le visage ensanglanté. Il gisait dans un couloir desservant les locaux techniques d’un immeuble. C’est là qu’il aurait croisé la bande de jeunes habitant Lormont, Cenon et Floirac et leur aurait fait semble-t-il fait une réflexionCes derniers, en réponse, se seraient jetés sur lui pour le faire tomber et le rouer de coups de pied.

Les quatre jeunes pourraient avoir participé chacun à leur tour aux gestes mortels. La jeune femme aurait été témoin passive mais elle n’a pas porté secours ni donné l’alerte.

(…) Sud Ouest

Reconstruction de Notre-Dame : vive les Verts !

Articles : Avr. 2021Mar.2021Fev.2021Jan.2021

Événement historique ! Le 5 mars 2021, Mme Bachelot, ministre de la Culture, a marqué le premier chêne, haut de 20 mètres, destiné au « tabouret » de la flèche de Viollet le-Duc. C’était dans la forêt domaniale de Bercé (Sarthe). Huit premiers chênes furent ainsi marqués, que suivraient bientôt mille autres, tous numérotés. La forêt de Notre-Dame, refaite à l’identique, durerait huit à dix années de plus que celle qui a brûlé ! Adieu aux concurrents en acier et en béton ! Les écolos n’assistaient pas à la cérémonie mais l’émotion était en rendez-vous. Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture, dit combien « notre patrimoine culturel prenait racine dans notre patrimoine naturel ». Et Mme Bachelot de citer une phrase apocryphe, très tendance, de Chateaubriand : « Les forêts précèdent les hommes et les déserts les suivent. Les forêts nous suivront grâce à Bercé. »

À la pétition de 41.000 personnes adressée à Barbara Pompili fustigeant un écocide – toujours le mot juste, les écolos -, Mme Bachelot avait coupé court. « Une forêt, ça se gère et les coupes étaient prévues en tout état de cause… Aucune flibuste, aucun piratage, aucune amputation du patrimoine. » Mille chênes pris dans « une forêt d’exception » représentent 0,1 % de récolte annuelle destinée à la construction et à l’artisanat.

À cette forêt, toutes les forêts de France ont voulu donner leur arbre. Mille trois cent vingt-quatre chênes, centenaires voire bicentenaires, venus des forêts de l’État et des propriétaires forestiers furent sélectionnés. Initiative solidaire inégalée ! Magnifique élan cathédral ! Trente communes de Haute-Sarthe répondirent à l’appel. Cinquante-quatre propriétaires, adhérents à la coopérative forestière de l’Unisylva, firent don de 388 chênes. L’ONF (Office national des forêts) abattit des chênes mesurant jusqu’à 21 mètres. Quelle fierté, pour les régions où la filière du bois représente cinq pour cent des emplois ! Pour concourir, il suffisait d’être un chêne non vrillé, avoir le tronc droit, être âgé de 150 ans à 300 ans, mesurer 5 à 14 mètres de haut et avoir un diamètre de 50 à 90 cm. N’est pas chêne cathédral qui veut !

Apparu il y a 150 millions d’années, le roi de la forêt a fait les charpentes de nos maisons, de nos navires, de nos cathédrales. Au lieu d’être le chien d’Obélix, Idéfix, qui pleure chaque fois que son maître déracine un chêne, les écolos devraient lire le joli livre, Le Chêne, de Jean-François Clémence, ancien forestier de Bercé. Ils apprendraient que l’exploitation n’est pas la déforestation et que le chêne se reproduit et croît extrêmement vite – c’est pourquoi il a colonisé (il n’y a pas d’autre mot) si rapidement l’Europe entière. Que les oiseaux sont des reboiseurs naturels, tout particulièrement le geai, qui met des glands dans sa poche buccale, les enterre en terrain meuble, en perd un peu partout. Heureux présage : à la messe de la Saint-Hubert du 18 novembre 2018 célébrée à Notre-Dame, le compositeur Sylvain Oudot mit en musique une prière, écrite par un académicien – amoureux, s’il en est, de notre langue -, Sir Michael Edwards : La cathédrale à la haute futaie.

Marie-Hélène Verdier, Boulevard Voltaire

La maison de Jean-Philippe et Marie-Françoise Victor est squattée par une dizaine de clandestins.

Articles : Avr. 2021Mar.2021Fev.2021Jan.2021

17/04/2021

Ce samedi 17 avril, plusieurs centaines de manifestants ont défilé aux Arcs-sur-Argens suite à l’appel à l’aide de Jean-Philippe Victor et sa soeur, Marie-Françoise.

Leur maison de famille est investie illégalement par des demandeurs d’asile depuis sept mois et n’arrivent pas à en reprendre possession. D’une même voix, la foule a chanté la Marseillaise et montré son soutien face à une situation qui fait débat.

“Le juge a ordonné, en 2020, l’expulsion des familles installées illégalement dans notre maison et le préfet ne l’a pas exécuté. Il n’a rien fait”, explique le propriétaire des lieux, soulagé de voir une mobilisation de telle ampleur.

“Alors nous sommes tous là pour montrer que nous ne lâcherons pas l’affaire. Que cela peut nous arriver à tous et que ce n’est pas normal que nous soyons ceux qui payent les pots cassés tandis qu’eux sont protégés!”

01/04/2021

Depuis sept mois, la maison de Jean-Philippe Victor, sur la commune des Arcs (Var), est squattée par une dizaine de ressortissants de Bosnie-Herzégovine. Or, le sous-préfet de Draguignan refuse de recourir à la force publique pour les déloger malgré un jugement d’expulsion.

Depuis l’automne dernier, Jean-Philippe Victor, un viticulteur varois, se bat pour récupérer sa villa, héritée de sa maman décédée depuis moins d’un an. «Lorsque les squatteurs sont entrés dans la maison, je m’apprêtais à la vendre afin de régler les droits de succession, confie-t-il. J’avais déjà un acheteur mais tout est tombé à l’eau». Ce 28 septembre, des voisins alertent Jean-Philippe que plusieurs individus viennent de s’introduire chez lui. «Ces gens font partie de réseaux, poursuit-il. Ils connaissent bien le droit français. Ils se servent des femmes et des enfants pour échapper à l’expulsion». 

[…]

Depuis, le viticulteur varois fait feu de tout bois en alertant la presse et les élus locaux. Sans résultat. «Les squatteurs font la fête tous les soirs, raconte Jean-Philippe. La gendarmerie a été appelée pour tapage nocturne. Je n’ose imaginer dans quel état je vais retrouver ma maison».

[…]

Le samedi 17 avril, le propriétaire organisera une manifestation devant sa maison aux côtés de plusieurs de ses voisins qui le soutiennent sans relâche

CNews

Le terrible décrochage de la zone euro et de l’innovation en France

Articles : Avr. 2021Mar.2021Fev.2021Jan.2021

L’euro est une monnaie en crise systémique permanente. Le dernier épisode sont les voix d’hommes politiques Français qui suggèrent maintenant d’abandonner les critères de Maastricht: ils font le constat qu’il faut laisser filer dette et déficit publique ……….

La France est à la ramasse sur les technologies blockchain et cryptomonnaie. Toutes les personnes de ses ecosystemes quittent la France avec leur capitaux pour investir et entreprendre a l étranger ! Réveillons nous ! Sinon on va encore rater l opportunité comme pour l émergence d internet à l époque. C est à la foi la fuite des capitaux car trop de taxes et la fuites des cerveaux pourtant en France on a d excellents ingénieurs reconnu dans le monde entier mais l État ne considère pas cet écosystème et il est dénigré à tord dans les medias. Ce n est pas le cas ailleurs. L Asie, les USA, la Russie et bien d autres ne sont pas du tout dans le même cas et sont leaders dans le domaine par volonté politique. Encore une fois on risque d être dans les derniers si on ne réagit pas vite

Article de fond : Charlotte d’Ornellas vs Michel Onfray – Débat sur la foi, la laïcité et l’identité

Articles : Avr. 2021Mar.2021Fev.2021Jan.2021

Le philosophe Michel Onfray et la journaliste de Valeurs actuelles Charlotte d’Ornellas, se sont affrontés sur plusieurs terrains philosophiques, comme celui de la foi dans le domaine politique, de la laïcité au Liban et de l’identité. Un débat animé par François de Voyer, président du Cercle Audace, au théâtre de La Scène Parisienne.

http://rutube.fr/articles-de-fond/

Le film du jour, Jo – avec Louis de Funès

Auteur à succès, Antoine Brisebard est victime d’un maître chanteur, Jo, qui menace de compromettre sa réputation en révélant le passé de sa femme Sylvie. Alors que ce dernier doit passer le soir même pour prendre possession de la somme d’argent exigée, Brisebard le tue accidentellement…

Très bonne comédie francaise avec Louis de funes . C’est l’histoire de Antoine brisebard ( Louis de funes ) un auteur a succès qui est victime d’un maître chanteur nommer jo . Ce dernier menace de compromettre sa réputation en révélant le passé de sa femme sylvie ( Claude gensac ) si une certaine somme d’argent ne lui est pas verser . Alors que jo passe chez Antoine pour récupérer l’argent ce dernier le tue accidentellement . Antoine tente alors par tout les moyens de se débarrasser de ce cadavre encombrant sans attirer l’attention de sa femme , de sa bonne , de ses amis , de son entrepreneur ( michel galabru ) et d’ un inspecteur de police ( bernard blier ) venu enquêter sur la disparition de jo … Une comédie hilarante porter par un Louis de funes en très grande forme . Louis de funes est génial et vraiment hilarant dans le rôle de Antoine brisebard un auteur qui tue accidentellement un maître chanteur . Il tentera toute les combines pour se débarrasser d’un cadavre bien encombrant sans éveiller les soupsons de ses proches et c’est vraiment hilarant a voir . de funes est accompagner par d’excellent second rôles dont Claude gensac qui joue sa femme , Michel galabru qui joue un entrepreneur et surtout Bernard blier excellent en flic coriace qui tente d’éclaircir la disparition de jo en soupçonnant Louis de funes . Un film remplit de scène drôles ( de funes qui cache le cadavre dans une statue )et de répliques hilarante . Très bonne comédie .

Liège : kurdes et tchétchènes se tirent dessus à la kalachnikov (vidéo)

Articles : Avr. 2021Mar.2021Fev.2021Jan.2021

La diversité fait des siennes dans les rues de Belgique.

Le Soir :

Une personne est décédée après une altercation vendredi entre plusieurs personnes, avenue de Nancy à Bressoux (Liège), a indiqué la police de Liège. Deux autres blessés sont à déplorer et 28 personnes ont été interpellées. Des coups de feu auraient été tirés entre 16h30 et 17h30.

Un périmètre de sécurité a été installé vendredi autour du lieu des faits. La police de Liège précise que les arrestations judiciaires ont bien été effectuées dans le cadre de ce dossier. Les pompiers de Liège avaient également été mis en état de préalerte.

Les images diffusées sur les réseaux sociaux et différents médias montrent une présence policière forte, notamment plusieurs combis, une autopompe, un hélicoptère de la police fédérale vendredi aux alentours de Droixhe.

Dans une vidéo récupérée par nos confrères de RTL Info, on peut voir une personne armée d’une arme de type AK-47 tirer plusieurs coups de feu en l’air. Il semblerait que ces images aient été tournées à l’angle de l’Avenue de Nancy et la rue de Porto. Dans d’autres vidéos publiées sur les réseaux sociaux, on remarque également plusieurs voitures accidentées, des jeunes habillés en noir, cagoulés et armés de battes de baseball.

Le procureur de division du Parquet de Liège a commenté ces images au JT de RTL TVI. « Les personnes ont porté de nombreux coups au véhicule à l’aide de battes baseball, de bouts de bois, et autres, les vitres vont exploser. Les vitres vont exploser, le véhicule va redémarrer et percuter des véhicules en stationnement. Là, on va faire feu sur le conducteur qui va décéder très rapidement. »

D’après les informations de la RTBF, il s’agissait d’une expédition punitive entre des Verviétois d’origine tchétchène. Lors de l’arrestation de plusieurs suspects, des armes auraient été retrouvées dans leurs voitures, notamment un AK-47. Plus de 100 policiers ont été déployés dans la zone ce vendredi.

Ces faits sont survenus après un premier incident jeudi soir. Une altercation a eu lieu à une station-service Total à Liège entre des individus kurdes et tchétchènes. Le gérant et deux clients ont tenté de s’interposer. L’un a été blessé et est en incapacité de travail d’un mois. «Deux majeurs et un mineur ont été interpellés pour ces faits et déférés devant le parquet», a ajouté le procureur de division.

Vingt-huit personnes ont été interpellées dans le cadre de ce dossier et étaient toujours auditionnées samedi après-midi, a précisé le parquet. Elles sont toutes d’origine tchétchène. Plusieurs armes lourdes ont été retrouvées par les forces de l’ordre, comme un fusil AK-47 (Kalachnikov) visible sur une vidéo concernant l’affaire postée sur les réseaux sociaux.

Des balles ont été retrouvées à 3 kilomètres des lieux, sur la voiture d’un grand-père qui apprenait à conduire à son petit-fils dans le centre-ville d’Herstal, rapporte RTL.

Un bus des TEC a en outre été touché par un jet de pierre durant l’affrontement. En réaction, plusieurs lignes ont été déviées voire annulées durant le week-end. « Les TEC n’étaient pas visés mais, par précaution, les lignes 17, 60, 67, 68 et 69 ne passent plus par ce quartier et la ligne 18 est supprimée. Une évaluation de la situation sera faite dimanche soir », a précisé à Belga la porte-parole Carine Zanella.

Des affrontements sont également possibles dans les prochaines heures ou dans les prochains jours dans le quartier d’Hodimont.

La Belgique, […] un modèle réduit de la Syrie ?

*Merci à Jean-Louis (dans D. P.)