Praud, Kelly, Hanouna, une « bande de racailles » (sic) ? Pour un média d’extrême-gauche, tout est permis

Articles  : Jan. 2023Dec. 2022 –   Nov.2022  –  Oct. 2022 Facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=100069673161887

Connaissez-vous la revue Politis ? Si ce n’est pas le cas, on ne vous en voudra pas. Cet hebdomadaire, résolument engagé à gauche, qui fête cette année ses 35 ans, a toujours connu une audience relativement modeste. Si l’on en croit Wikipédia – et il paraît qu’on est tenu de croire Wikipédia ! -, Politis revendiquait, fin 2017, 20.000 exemplaires par numéro et, en 2013, 9.400 visiteurs uniques par jour sur Internet. À titre indicatif et de comparaison, Boulevard Voltaire, c’est environ 40.000 visiteurs uniques par jour avec des pointes qui peuvent atteindre 60.000.

Le premier numéro de Politis, le 21 janvier 1988, titrait : « La France manque d’immigrés ». Le la était donné. En décembre 2021, Michel Soudais, rédacteur en chef adjoint (Politique) revendiquait cette ligne éditoriale originelle et constante en écrivant : « Nous n’avons cessé depuis de dénoncer la création de clandestins du fait de lois iniques, toujours plus répressives, et les expulsions arbitraires, avons ouvert nos colonnes aux associations d’aide aux migrants… » Au plan de la stratégie politique, Politis, dès les origines, a poussé à une alliance « rouge-rose-verte ». Une alliance qui prendra forme et des nuances « bon teint » avec la Gauche plurielle de Jospin et qui trouve son s’accomplissement ou son achèvement dans la Nupes avec une extrême gauche tenant désormais le haut du pavé. Du reste, le 1er février, ce même Michel Soudais signe un billet intitulé « Pas touche à la Nupes ! ». On serait taquin, on aurait envie de répondre « Pas touche au matos ! ». Comme BV le révélait dans son édition du 1er février, en marge de la manifestation du 31 janvier, « un tandem de journalistes rattaché aux rédactions de Libé, Politis et StreetPress en a profité pour s’en prendre au matériel de notre reporter sur place, Jordan Florentin, accompagné d’Inès Chopard ». Mais bon, ça, c’est une autre histoire…

En tout cas, toujours le 1er février, le désormais réélu premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, a tenu à saluer cet anniversaire en tweetant : « 35 ans après, Politis est toujours là pour irriguer le débat d’idées à gauche. Merci à l’équipe et longue vie au journal ! » A défaut d’irriguer les cerveaux du PS.

Mais le tableau sur Politis ne serait pas complet si on n’évoquait pas la couverture de son numéro « Spécial 35 ans ». Jean-Marc Morandini, Pascal Praud, Cyril Hanouna, Christine Kelly et un cinquième personnage que l’on peine à reconnaître, sont dessinés grossièrement. Selon Politis, « ils attisent les haines, hystérisent le débat public et servent l’extrême droite ». Et le titre : « Vous en avez assez de cette bande de racailles ? Soutenez la presse indépendante ». Une reprise de la célébrissime saillie de Sarkozy, en 2005, à l’occasion de sa visite sur la dalle d’Argenteuil alors qu’il était ministre de l’Intérieur. À cette question, la réponse n’est pas « On va vous en débarrasser », mais on imagine que s’ils pouvaient… Imaginons que BV, par exemple, un beau matin, titre la même chose mais en collant en têtes de gondole, toujours par exemple et au hasard, Panot, Boyard, Guiraud, Guarrido et consorts. Imaginons un seul instant…

Mais c’est bien connu, la gauche peut tout se permettre. Comme cette élue écolo de Paris, Raphaëlle Rémy-Leleu, qui se permet, lors d’un débat sur RTL, le 1er février (encore le 1er février !) de lâcher, en coupant le député RN Laurent Jacobelli, « On a vu ce que ça donnait les fascistes » en précisant que « fascistes, ce n’est pas une insulte, c’est une caractérisation politique ». Dans le même esprit, on imagine que « racailles », ce n’est pas une insulte non plus, mais une caractérisation sociologique ? Tout dépend d’où ça vient, bien sûr…

Georges Michel, Boulevard Voltaire

ADDFREESTATS.COM AUTOCODE V4.0 –> AddFreeStats.com Free Web Stats! Ecoutez DJMusic.fr RutubePublié le Laisser un commentaire sur Praud, Kelly, Hanouna, une « bande de racailles » (sic) ? Pour un média d’extrême-gauche, tout est permis

Darmanin aux immigrés clandestins : fraudez, vous serez récompensés !

Articles  : Jan. 2023Dec. 2022 –   Nov.2022  –  Oct. 2022 Facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=100069673161887

Le projet de loi immigration était présenté mercredi en Conseil des ministres. Le pouvoir ouvre un nouveau front parallèle aux retraites. Cette nouvelle mouture (la 29ème depuis 1980 !) déclenche le spectacle habituel avec ses numéros de lobbying, ses batailles politiques et ses larmes de crocodile à gauche, quand les Français font face à ce défi angoissant : comment endiguer le flux d’immigration hors de contrôle qui s’abat sur le pays ? Question subsidiaire : les nouvelles lois risquent-elles de l’accroitre ? La macronie bat tous les records d’immigration et d’inexécution des reconduites à la frontière. Comment confier au pyromane le soin d’éteindre l’incendie ?

Parmi les 27 articles de la nouvelle loi, certains paraissent si évidents qu’on se demande comment on peut en être encore à ce stade : Darmanin et Dussopt veulent par exemple expulser les étrangers les plus dangereux et accélérer les procédures d’asile… On en est encore là… Mais à ces mesures basiques qui relèvent du simple bon fonctionnement de l’État, l’État macroniste ajoute une de ces dispositions qui cristallise logiquement les craintes et les alourdissent. Le projet consiste en effet à régulariser certains sans papiers présents en France depuis trois ans avec un motif tout neuf : ils exerceraient des “métiers en tension”. Ce nouveau parchemin serait valable un an.

On se pince. En clair, les immigrés clandestins les plus fraudeurs, les plus insistants, les plus malins, ceux qui auront réussi à frauder trois ans et non quelques jours, mois ou semaines, ceux-là se verront récompenser par l’état français qui les accueillera à bras ouverts. Le trio Macron-Darmanin-Dussopt jette la vieille maxime « Perseverare diabolicum » aux orties pour promouvoir son contraire : « perseverare angelicum ». Le message transmis à la nation et aux candidats à la migration vers la France est particulièrement délétère : fraudez, vous serez récompensé ! On peut rêver plus responsable quand des millions d’étrangers rêvent de passer nos frontières…

Le non-sens gouvernemental n’a pas échappé aux LR, qui s’opposent à la loi, ni aux partisans d’Éric Zemmour bien-sûr ni à Marine Le Pen qui dénonce sur FranceInfoTV « un appel d’air à une immigration clandestine nouvelle qui espèrera demain une autre régularisation ». Et prévoit l’impact de cette mesure aberrante sur les salaires, tirés à la baisse. Chez les fous, une parole de bon sens éclate comme un trait de génie. Marine Le Pen peut dérouler tranquillement les règles de toute nation qui se respecte et ne se couche pas devant l’adversité. « Il y a des règles, il faut les faire respecter, dit-elle. La clandestinité dans un pays est quelque chose d’inadmissible, qui doit être condamné. Les clandestins doivent être renvoyés chez eux et quand ils seront chez eux, ils feront une demande à laquelle on répondra positivement ou non en fonction de leur passé ».

En clair, la loi doit être respectée. Appuyés sur un bilan migratoire désastreux, Darmanin, Dussopt et Macron ont oublié ce détail à la base d’un état de droit. A moins que ce ne soit volontaire ? Impensable ! Sur cette question, la balle est aussi dans le camp des Français : seront-ils prêts à descendre massivement dans la rue, non pour défendre leur retraite mais pour garder leur pays ?

Marc Baudriller, Boulevard Voltaire

ADDFREESTATS.COM AUTOCODE V4.0 –> AddFreeStats.com Free Web Stats! Ecoutez DJMusic.fr RutubePublié le Laisser un commentaire sur Darmanin aux immigrés clandestins : fraudez, vous serez récompensés !

La retraite des élus : si les Français savaient…

Articles  : Jan. 2023Dec. 2022 –   Nov.2022  –  Oct. 2022 Facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=100069673161887

Retraite des élus : si on en parlait !

Et si on parlait maintenant pour changer de la retraite de nos élus, voici quelques questions tabous à se ou à leur poser .

Sans faire d’antiparlementarisme, on peut constater que dans notre République égalitaire, certains sont plus égaux que d’autres !

Et ce qui est extraordinaire c’est que de la NUPES au RN, il semble y avoir a consensus !

De là à considérer que tout ce cirque des 64 ans est là pour amuser la galerie, il n’y a qu’un pas…

Nous nous livrerons donc avec délectation à du populisme primaire, ça soulage !

– Pourquoi un député au bout de seulement cinq ans de cotisation retraite touche une retraite moyenne de 1 500 €/mois alors qu’un employé pour 42 années de cotisation touchera 896 euros en moyenne ?

– Pourquoi, au bout de deux mandats de six ans chacun, un sénateur peut-il toucher plus de 3 700 € par mois de retraite ?

– Pourquoi la retraite des élus n’est-elle pas prise en compte dans l’écrêtement (8 200 €) des indemnités d’élus.

– Pourquoi une cotisation retraite d’élu rapporte-t-elle en moyenne 6,50 € pour un euro cotisé pendant vingt ans alors qu’un salarié du régime général touche entre 0,87 et 1,57 € pour un euro cotisé pendant quarante-deux ans ?

– Pourquoi un élu peut-il cumuler ses différentes retraites (jusqu’à 5 retraites) ?

– Pourquoi un élu peut-il travailler en touchant sa (ses) retraite(s) d’élu complète(s) sans plafond de montant alors que le citoyen lambda ne peut le faire sans dépasser la valeur de son dernier salaire ?

– Pourquoi les élus ont-ils une retraite par capitalisation et l’interdisent-ils résolument aux « autres » qui n’ont droit qu’à une retraite par répartition ?

– Pourquoi les cotisations retraite des élus peuvent-elles être abondées par les collectivités, ce qui permet à un parlementaire de toucher sa retraite à taux plein avec moins d’annuités de cotisation ?

– Pourquoi une partie de la pension de retraite des parlementaires est-elle insaisissable (même en cas de fraude ou d’amende) ?

– Pourquoi un agent public qui voudrait se présenter à une élection législative ne devrait-il pas démissionner de la fonction publique ?

Un salarié le doit, lui, s’il veut travailler ailleurs !

– Pourquoi deux ans d’allocations chômage pour un salarié lambda du régime général et cinq ans pour les députés ?

Ceux-ci ont-ils plus de mal à retrouver un travail ?

– Pourquoi les députés qui ne se représentent pas peuvent-ils toucher l’allocation différentielle et dégressive de retour à l’emploi ?

Un salarié qui démissionne n’a, lui, droit à rien !

– Pourquoi faut-il avoir un casier judiciaire vierge pour entrer dans certaines professions et que ce n’est pas le cas pour être élu ?

– Pourquoi la fraude dans la déclaration de patrimoine d’un élu ne vaut-elle pas la prison mais seulement 30 000 € d’amende alors que la simple fraude d’un citoyen pour faux et usage de faux d’un document délivré par l’Administration est punissable de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 € d’amende ?

– Pourquoi un parlementaire (député ou sénateur) touche-t-il une IRFM (indemnité représentative de frais de mandat) de 5 770 € par mois pour un député et de 6 200 € par mois pour un sénateur, dont l’usage n’est pas contrôlable et pour lequel il n’a de compte à rendre à personne ?

– Pourquoi, durant son mandat, un élu peut-il s’acheter un bien qu’il nomme souvent « permanence », le payer à crédit avec l’IRFM, qui est de l’argent public, et le garder ou le vendre pour son bénéfice personnel ?

– Pourquoi les parlementaires cumulards peuvent-ils toucher plusieurs enveloppes de frais de représentation (frais en tant que président d’agglomération, frais en tant que maire, IRFM en tant que député…) ?

– Pourquoi les restaurants trois étoiles (cinq étoiles ?) de l’Assemblée nationale et du Sénat coûtent-ils si peu cher à l’élu ?

– Pourquoi un élu à revenu égal de celui d’un salarié paye-t-il moins d’impôt sur le revenu ?

– Pourquoi parle-t-on toujours de réduire le nombre de fonctionnaires mais jamais celui des parlementaires ?

– Pourquoi les sénateurs se sont-ils versé en 2011, au titre d’un « rattrapage exceptionnel », une prime de 3 531,61 € avant les congés d’été… ?

– Pourquoi aucun chiffre n’existe sur la présence ou non des sénateurs lors des séances au Sénat ?

– Pourquoi la pension de réversion d’un élu décédé est-elle de 66 % sans condition de ressources du survivant alors que celle d’un salarié du privé est de 54 % sous condition de ressources du survivant (aucune réversion au-dessus de 19 614,40 brut annuel !)

– Pourquoi la retraite d’un élu est-elle garantie et connue d’avance alors qu’un salarié du régime général n’est sûr de rien ?

– Pourquoi un député peut-il cumuler plusieurs « réserves parlementaires » sans que cela se sache officiellement ?

– Pourquoi l’indemnité de fonction d’un député et son IRFM ne sont-elles pas imposables ?

– Pourquoi un député a-t-il droit au remboursement de frais de taxis parisiens (alors qu’il touche l’IRFM pour ça) ?

– Pourquoi un ancien sénateur ou un ancien député ont-ils droit à la gratuité à vie en première classe SNCF ?

– Pourquoi un ancien sénateur et son conjoint ont-ils le droit du remboursement de la moitié de 12 vols Air France par an et à vie ?

– Pourquoi un sénateur peut-il emprunter jusqu’à 150 000 € à un taux préférentiel ?

– Pourquoi les anciens ministres, leurs conjoints et leurs enfants ont-ils droit à la gratuité à vie des vols Air France et à la gratuité à vie des transports sur le réseau SNCF ?

– Pourquoi y a-t-il dans le service des fraudes un service spécial pour les élus ?

– Pourquoi une fraude d’élu est-elle différente des autres pour bénéficier d’un traitement de faveur ?

– Pourquoi un élu condamné définitivement ne rembourse-t-il pas les frais d’avocat dépensés pour lui par la collectivité ?

La réponse :

On comprend mieux pourquoi ils se battent autant pour être élus… et réélus.

Alain de Peretti, Riposte Laïque

ADDFREESTATS.COM AUTOCODE V4.0 –> AddFreeStats.com Free Web Stats! Ecoutez DJMusic.fr RutubePublié le Laisser un commentaire sur La retraite des élus : si les Français savaient…

“Chiffre record”… Le département des Alpes-Maritimes n’arrive plus à faire face à l’afflux de migrants clandestins mineurs

Articles  : Jan. 2023Dec. 2022 –   Nov.2022  –  Oct. 2022 Facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=100069673161887

01/02/2023

Face à un afflux inédit de migrants mineurs et à la saturation des dispositifs d’accueil, la préfecture des Alpes-Maritimes vient d’ordonner la réquisition d’un hôtel d’Antibes pour les héberger. Selon un arrêté publié mardi et repéré par BFM Nice Côte d’Azur, l’Appart’City, chemin de Saint-Claude, doit ainsi leur être réservé « pour un mois ».

L’établissement « est réquisitionné au profit du conseil départemental des Alpes­-Maritimes afin de permettre l’accueil de mineurs non accompagnés en situation vulnérable », et dont la collectivité a la charge, au titre de la protection de l’enfance, indique le texte signé par le directeur du cabinet du préfet.

Une décision prise pour « assurer la prise en charge de ces personnes dans des conditions décentes et dignes » et afin « de prévenir les troubles à l’ordre public de toute nature », précise l’arrêté.

20 minutes

23/01/2023

Dix-huit migrants, potentiellement tous mineurs, attendaient une solution d’accueil dans les locaux de la police aux frontières, ce lundi matin à Menton. 690 mineurs non accompagnés sont actuellement pris en charge par le Département des A.-M.

Plus de place disponible. C’est le constat du conseil départemental des Alpes-Maritimes en charge de la protection de l’enfants, face à l’afflux de mineurs non accompagnés (MNA). Un afflux sans précédent, selon la préfecture des Alpes-Maritimes. 690 mineurs seraient actuellement pris en charge, “un chiffre record” selon Benoît Huber, directeur de cabinet du préfet.[…]

Dix fois plus d’arrivées sur les côtes italiennes

Explication: ces dernières semaines, les côtes italiennes ont vu débarquer un nombre inhabituellement élevé de migrants. “Depuis le début de l’année, plus de 3.800 migrants ont débarqué sur les côtes italiennes, soit dix fois plus qu’en 2022 (386). C’est essentiellement dû à la météo”, explique le directeur de cabinet du préfet. La douceur du début d’année a pu ainsi favoriser les conditions de traversée en mer, à une période habituellement creuses.

Dès lors, la conséquence est mathématique. Avec 1.200 arrivées sur les côtes italiennes la semaine dernière, et 146 interpellations par jour à la frontière franco-italienne, la protection de l’enfance est largement sollicitée dans les Alpes-Maritimes. Et même débordée. “Le conseil départemental des Alpes-Maritimes fait face à une difficulté de saturation de son dispositif d’accueil”, constate Benoît Huber.[…]

Nice-Matin

ADDFREESTATS.COM AUTOCODE V4.0 –> AddFreeStats.com Free Web Stats! Ecoutez DJMusic.fr RutubePublié le Laisser un commentaire sur “Chiffre record”… Le département des Alpes-Maritimes n’arrive plus à faire face à l’afflux de migrants clandestins mineurs

Le conte de fée d’une victoire ukrainienne…

Articles  : Jan. 2023Dec. 2022 –   Nov.2022  –  Oct. 2022 Facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=100069673161887

Aujourd’hui, je vais plagier allègrement le blog de Boris Karpov, mine d’informations que tout le monde devrait consulter.

Suivez la chaîne Telegram de Boris Karpov : https://t.me/boriskarpovblog

Le journaliste américain Danny Hyphon a écrit :

« L’Ukraine a commencé la guerre avec près de 3 000 chars. Demandez-vous ce qui est arrivé à ces chars. Qu’est-ce qui vous fait penser que quelques dizaines de chars américains feront la différence » ?

Les 300 chars occidentaux qui seront peut-être livrés dans les mois qui viennent, subiront le même sort. Beaucoup de bruit pour rien. Mais la fable d’une victoire ukrainienne a la vie dure. On constate que l’Occident a oublié les leçons de l’histoire.

En voulant effacer l’humiliation de la redditions de la VIè armée allemande, commandée par le maréchal von Paulus à Stalingrad, avec 300 000 soldats capturés, Hitler décide de lancer une gigantesque offensive à Koursk, qui allait devenir la plus grande bataille de chars de l’histoire. Côté allemand, la Wehrmacht aligne 900 000 hommes, 50 divisions dont 20 blindées, 2 700 chars, 10 000 canons et 2000 avions. Mais tout cela fut balayé par les T34, les 20 000 canons et les 2 millions de soldats russes rassemblés par le maréchal Joukov. Stalingrad et Koursk ont doublement scellé l’inéluctable défaite allemande dès 1943.

Le débarquement allié de juin 1944, véritable exploit logistique, certes, n’a strictement rien à voir avec la destruction des armées hitlériennes. Par conséquent, prétendre défaire l’armée russe aujourd’hui, relève à mon avis de la psychiatrie.

C’est fou le nombre d’illuminés qui veulent transformer la Russie en terre brûlée, tout en jurant qu’ils ne font surtout pas la guerre au peuple Russe. Les dizaines de milliards d’armements livrés à Kiev, et qui font des pays occidentaux des cobelligérants à part entière, ne seraient aucunement une déclaration de guerre à Moscou. Vivement que Poutine fasse redescendre tous ces fous furieux sur Terre. Ils délirent de plus en plus et ne cessent de nous soûler avec leur éternel conte de fée d’une défaite russe.

Cela a commencé avec l’inénarrable Bruno Lemaire, le panier percé de Bercy, qui prétendait détruire l’économie russe dès le 24 février 2022. Il n’a toujours pas compris pourquoi la France est en faillite alors que l’économie russe est au beau fixe. Les produits russes ont remplacé les produits occidentaux et tout ce qui faisait défaut a été importé d’Asie. Les seuls gros dindons de la farce sont les Européens, comme toujours.

Mais écoutez ces fanfarons qui ne savent même pas de quoi ils parlent. Tous ces exemples sont tirés du blog de Boris Karpov.

Pour le président de la Lituanie, « L’Occident doit “franchir les lignes rouges” et donner à Kyiv des avions de chasse ».

« Les chasseurs, les missiles à longue portée sont une assistance militaire essentielle, et maintenant… il est extrêmement important que nous ne tardions pas, que nous ne soyons pas en retard. Ma réponse est donc : ces lignes rouges doivent être franchies »

En Grande-Bretagne, c’est le pompon :

« L’Occident devrait créer une coalition de pays de l’OTAN qui souhaiteraient envoyer leurs troupes en Ukraine », déclare Gerald Howarth, ancien sous-secrétaire britannique à la Défense.

Si les légions de soldats occidentaux débarquent en Ukraine comme en Afghanistan, je leur souhaite bien du plaisir… et j’espère bien qu’aucun soldat français n’ira mourir pour Zelensky et le pays le plus corrompu de la planète.

Mais la palme du propos le plus délirant revient à la Pologne

La Russie est une menace et elle doit être détruite pour toujours, a déclaré l’eurodéputée polonaise Anna Fotyga.

« La Russie doit cesser d’exister dans les frontières d’aujourd’hui, l’effondrement de « l’empire agressif » apportera des avantages indéniables aux États démocratiques d’Europe et d’Asie centrale », estime le député.

«Il n’y a pas de choses telles que le gaz russe, le pétrole, l’aluminium, le charbon, l’uranium, les diamants, les céréales, le bois, l’or, etc. Toutes ces ressources appartiennent à des peuples individuels vivant sur ces territoires.

Le député a suggéré que les pays occidentaux réfléchissent au concept de création d’États « libres et indépendants » sur le territoire pro-russe, sur la base desquels seront les peuples autochtones, et l’Occident collectif devra contrôler le processus de démembrement de la Russie et de distribution de ses richesse nationale.

Bref, il s’agit de dépecer la Fédération de Russie, première puissance nucléaire mondiale, tout simplement. Le tsar du Kremlin devrait apprécier à sa juste valeur le bien-fondé du propos !

Chez les teutons, on a décidément la mémoire courte !

« Le retrait des troupes russes est une condition des négociations de paix avec la Russie » déclare le Chancelier allemand Olaf Scholz.

« Mais il n’est pas question de négocier pour le moment. Quand nous aurons démilitarisé la totalité de l’Ukraine, il sera temps de négocier à NOS conditions ! » Ben voyons !

Et Macron, qui va livrer une douzaine de canons Caesar supplémentaires, y va de son couplet conquérant :

Lors d’un déplacement aux Pays-Bas, notre Président est revenu sur la stratégie d’aider l’Ukraine à affronter la Russie. Il a souligné que « rien n’est interdit en principe » dans l’éventuelle fourniture d’avions à l’Ukraine.

Mais heureusement, quelques voix outre-Atlantique gardent les pieds sur Terre.

La républicaine du Congrès Marjorie Taylor Green s’émerveille :

« Folie totale ! Maintenant, les bellicistes américains disent que pour protéger l’Ukraine, l’Ukraine doit envahir la Crimée et la prendre à la Russie. Et tout cela sous la direction des États-Unis, le financement, le soutien et la fourniture d’équipements et d’armes militaires. C’est une perte totale de contrôle. »

L’animateur américain Tucker Carlson sur les priorités de Washington :
« Pendant que des hordes de zombies de la drogue arpentent les rues des villes, les autorités envoient des milliards au régime le plus corrompu du monde »

Voilà donc quelques exemples qui montrent combien les Occidentaux, totalement ignares des réalités et inconscients des risques, se bercent d’illusions et continuent de véhiculer des délires de plus en plus ahurissants.

Celui qui vaincra la Russie n’est pas encore né.

Poutine gagnera cette guerre dès qu’il le décidera. Et je ne crois pas que beaucoup d’Occidentaux seront prêts à mourir pour Zelensky, si l’arme nucléaire devient la seule réponse possible pour protéger les intérêts vitaux de la Russie.

Les grandes gueules du monde politique et des médias vont vite se faire discrètes.

Jacques Guillemain, dans Riposte Laïque

ADDFREESTATS.COM AUTOCODE V4.0 –> AddFreeStats.com Free Web Stats! Ecoutez DJMusic.fr RutubePublié le Laisser un commentaire sur Le conte de fée d’une victoire ukrainienne…

Olivier Faure dénonce la tyrannie du mérite: donc, finie l’école républicaine !

Articles  : Jan. 2023Dec. 2022 –   Nov.2022  –  Oct. 2022 Facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=100069673161887

On aura tout vu. Olivier Faure a fait une déclaration inouïe, bonne à mettre définitivement par terre le peu qui reste de l’école. Et la France avec. 

Il a déclaré : « Le mythe de l’égalité des chances ne peut masquer les déterminismes culturels et sociaux. Nous voulons l’école de l’égalité et de la mixité sociale. Engager la rupture avec la tyrannie du mérite, voilà ce qui doit nous porter » !

La rupture avec la tyrannie du mérite ! Mais le mérite, n’est-ce pas cela, l’école républicaine ?

On se demande ce que Olivier Faure peut bien reprocher au mérite. D’ailleurs lui-même n’en est-il pas issu, étant fils d’un agent des impôts et d’une infirmière qui ne l’ont peut-être pas beaucoup poussé ?

Le mérite, c’est la juste récompense du travail et de la compétence. Une récompense : la récompense vient encourager l’élève à travailler. La compétence : c’est la marque de l’acquisition du savoir, et du savoir-faire.

Une société où les talents ne seraient pas reconnus serait problématique, autant qu’une société qui barrerait des élèves de toute réussite, sur des critères annexes sans aucun lien avec leurs compétences et leurs talents.

Certes il y a des écarts initiaux selon les origines des enfants, mais cela ne fait pas tout. Nous avons tous connu des cancres de milieu très bourgeois et des cracks que les parents ne pouvaient pas faire travailler. Insister sur ces écarts initiaux est sans doute en partie de la mauvaise foi.

En fait, malgré les « belles âmes » qui sournoisement nous expliquent que l’école est partiale, souvent injuste, le système de notation orienté, etc., on n’a rien trouvé de mieux que ce système de notation et d’avancement « au mérite ».

On n’a rien inventé de mieux que le système de la juste note. Les élèves le savent bien, car ils ont un sens aigu de la justice.

L’émulation qui découle de ce système est saine et encourageante, quand elle est respectueuse de tous.

Alors renoncer à mettre des notes, mettre à la rigueur des lettres, ostraciser la notion de premier de classe, et plus tard de major de promo et d’année, renoncer au redoublement comme humiliant, faire passer tout le monde sans distinction dans la classe supérieure, tout cela démotive les élèves.

Cette démotivation est déjà bien avancée, quand on voit le classement Pisa qui s’effondre, quand on voit qu’on peut avoir une agrégation avec seulement 7 de moyenne sur 20, quand on voit que les candidats au concours de professeur des écoles, à bac+5, ne savaient pas cette année ce que voulait dire un mot comme « chancelant »… et que certaines copies du bac même lues à voix haute restaient incompréhensibles.

Quand on voit que les profs et même le ministre de l’Éducation nationale sont capables de faire des fautes d’orthographe.

Quant on voit à qui on a donné cette année le prix Nobel de littérature, à une personne dont les écrits sont confondants de platitude.

Olivier Faure ajoute qu’il faut donner aux écoles des moyens en fonction de l’origine sociale des élèves. On a déjà vu ça avec la suppression de l’épreuve de culture générale dans certains concours, remplacée par une épreuve de résumé de texte, ce qui n’a rien à voir !

On assiste aussi à un avancement plus rapide des élèves boursiers issus de la diversité. On a vu des élèves être acceptés à Sciences-Po en fonction de leur origine défavorisée, et dispensés du concours.

Depuis quelques décennies, nous assistons à un nivellement par le bas sous prétexte d’égalité et de diversité. Tous derniers, et Olivier Faure fera le reste.

Olivier Faure par ses paroles ratifie l’avancement politique des élèves, rien d’autre. Pour paraphraser La Fontaine, selon que tu seras d’origine dite défavorisée, de préférence diversitaire, et disons-le, colorée, tu avanceras ou non.

C’est remplacer le mérite par du politico-idéologique. Mais la classe sociale élue par nos élites n’est pas forcément méritante ni compétente. Et ne sera pas forcément utile à la France. Car finalement c’est le but : être utile.

Toutes les célébrités, trop longues à énumérer, qui ont été connues par le passé par leur mérite qui leur ouvrait toutes les portes, doivent se retourner dans leurs tombes.

Il n’est plus question avec Olivier Faure de se hisser à la force du poignet par le travail et la compétence, qui amènent la réussite.

Désormais l’incompétence elle-même peut et va réussir.

L’école publique achève sa destruction. Les enfants des classes populaires vont être les premiers à être barrés, eux qui jusque-là se hissaient au premier rang grâce à leur mérite.

Fin de la compétence, fin du sens de l’effort, place désormais à la paresse. Bienvenue à l’illettrisme, l’absence de culture, en un seul mot : à la nullité.

C’est cela l’avenir de la France, avec des gens comme Olivier Faure.

Sophie Durand, dans Riposte Laïque

ADDFREESTATS.COM AUTOCODE V4.0 –> AddFreeStats.com Free Web Stats! Ecoutez DJMusic.fr RutubePublié le Laisser un commentaire sur Olivier Faure dénonce la tyrannie du mérite: donc, finie l’école républicaine !

Dette : la France au niveau de la Grèce de 2010, alors en faillite ?

Articles  : Jan. 2023Dec. 2022 –   Nov.2022  –  Oct. 2022 Facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=100069673161887

Regardez ces mines réjouies. Ils ruinent le pays et sont contents de leur bilan.

La barre des 3 000 milliards de dette publique a été franchie et va augmenter en 2023, comme chaque année depuis 20 ans. Les fossoyeurs de la France accélèrent le naufrage de la nation.

Ce sont donc 3 000 000 000 000 d’euros que devront supporter les générations futures. Ce qui signifie que chaque citoyen, bébés compris, est endetté de 45 000 euros, soit 180 000 euros pour une famille de quatre. Un bel apport personnel pour faire construire sa maison !

En clair, faute d’une croissance suffisante, la France a financé son niveau de vie par l’emprunt depuis des décennies, en se donnant l’illusion que les Trente Glorieuses étaient toujours là. Tous les gouvernements, de droite comme de gauche, ont trompé le peuple en lui donnant du pouvoir d’achat qu’il n’avait pas produit par son propre travail. C’est une arnaque gigantesque.

Notre économie n’est plus qu’un château de cartes prêt à s’effondrer. Nous sommes le cancre de l’Europe. Nous avons laminé notre industrie et sommes en train de saborder notre agriculture. Tout passe dans une économie de services, financiarisée à outrance, en produisant de moins en moins. Mais nous ne sommes ni la Suisse, ni le Luxembourg. Sans industrie, ni agriculture, nous disparaîtrons.

La France est un pays qui sait tout faire mais délocalise et ne fabrique plus rien. Il est tellement plus simple d’importer. Moyennant quoi, grâce au binôme Macron-Le Maire, notre balance commerciale a pulvérisé tous les records de déficit. 160 milliards en 2022. Il n’y a pas pires gestionnaires que ces deux incapables, contents de leurs exploits, qui plus est. Bref tout va bien, car il paraît que c’est pire ailleurs. Ils ne sont pas à un mensonge près.

Petite parenthèse : si Le Maire a échoué à détruire l’économie russe, malgré son PIB inférieur au nôtre, c’est parce que la Russie possède non seulement 20 % des richesses minières de la planète, mais aussi parce qu’elle a une très puissante industrie et une agriculture exportatrice. Elle est autonome et pourrait vivre en autarcie durant trois ans ! Bref, la Russie résiste aux sanctions parce qu’elle produit, alors que la France aurait tenu quinze jours au maximum seule contre tous, avant de s’effondrer, tant elle est tributaire de ses importations et de ses créanciers et surtout, tant son économie est financiarisée et repose sur du vent.

Nous travaillons moins que nos voisins (35 h avec retraite à 62 ans), nos entreprises sont les moins compétitives d’Europe car écrasées de taxes et d’impôts, pour satisfaire à des normes réglementaires suicidaires et pour financer un modèle social à bout de souffle, car partagé avec toute la planète.

Quand un pays accorde une retraite de 960 euros (1 500 euros pour un couple) à tout étranger de 65 ans n’ayant jamais travaillé ni cotisé en France, il ne faut pas s’étonner que les caisses soient dans le rouge.

Quand ce même pays continue de payer des retraites à des centenaires étrangers disparus depuis des lustres, sans la moindre preuve de vie exigée par nos consulats à l’étranger, il ne peut que rouler vers la faillite.

Quand les sans-papiers, donc hors-la-loi, sont soignés et couverts à 100 %, alors que cinq millions de Français n’ont pas de mutuelle, il ne faut pas s’étonner que les comptes sécu s’enfoncent.

Et que dire des squatteurs qui ont davantage de droits que les propriétaires, devenant inexpulsables, au point que le propriétaire qui réintègre son logement de force est coupable de violation de domicile et finit en prison. Voler un logement fait du squatteur un propriétaire sans débourser un sou. Dans aucun pays au monde vous ne verrez une telle injustice. D’ailleurs, chaque fois que j’ai exposé ce scandale à l’étranger, personne ne m’a cru, tant cette négation de la propriété privée est difficile à admettre. La nouvelle loi, ne change rien. Aucun squatteur n’ira en prison et aucun ne paiera d’amende. Tous sont insolvables. Comme toutes les lois de Macron, c’est de la poudre aux yeux, juste histoire de cocher la case « squat » dans son bilan.

Après tout, la France appartient à tout le monde, donc les logements aussi. C’est le paradis de tous les miséreux de la planète. D’ailleurs, Macron régularise trois fois plus de clandestins qu’il n’en expulse.

J’attends que les domiciles privés de nos ministres soient squattés pour juger de leurs réactions ! Macron et sa clique se foutent éperdument du peuple et font tout pour détruire la France, afin qu’elle se dilue dans le grand village mondial de demain, concocté par les illuminés de Davos. Il faut faire table rase de nos 2 000 ans d’histoire et de nos 1 500 ans de chrétienté.

Et ce ne sont que quelques exemples parmi les abus intolérables qui nous ont conduits à la ruine et détruisent le mythe de l’égalité républicaine.

Rappelons que Bruno Le Maire, le rigolo qui prétendait détruire l’économie russe alors que celle-ci se porte au mieux après un an de guerre, rappelons qu’il a alourdi la dette de 700 milliards, la portant à 113 % de notre PIB de 2 650 mds.

Et c’est le même bon à rien qui nous promet de s’attaquer aux dépenses. Quand un ministre se propose de réparer les dégâts qu’il a commis, cela promet.

« Nous passerons au peigne fin toutes les dépenses », ose déclarer cette lumière, qui ne savait même pas quelle est la surface d’un hectare quand il était ministre de l’Agriculture. Et c’est un ministre fâché avec les maths qui gère les centaines de milliards de l’État.

Bien entendu, ce virtuose de la finance nous promet un retour du déficit public à 3 % en 2027. Je parie que d’ici là, la France sera endettée entre 3 500 et 4 000 milliards d’euros. Tout ce que promettent Macron et son équipe de bras cassés n’est que poudre aux yeux. Tout va empirer. 

Faire porter le chapeau à la crise Covid ou à la guerre en Ukraine ne change rien. Nos voisins ont subi les mêmes épreuves mais font toujours mieux que nous.

Et notre boussole, celle sur laquelle tous les leaders français aimeraient se caler, je veux dire l’Allemagne, l’a encore prouvé.

Alors que la dette française est passée entre 2006 et 2021 de 66 % du PIB à 111 %, celle de l’Allemagne est restée stable à 68 %.

Ce sont donc 1 200 milliards de fardeau supplémentaire pour la France, alors que les Allemands ont su gérer efficacement de façon responsable.

Il y a un an, nous empruntions à 0 %. Mais au lieu de profiter de cette facilité pour rembourser notre dette, nous avons augmenté nos dépenses de façon démentielle.

En 2023, nous allons emprunter 270 milliards au taux de 3 % environ.

La charge de la dette a été de 42 milliards en 2022. Elle sera sans doute de 50 milliards en 2023 puisque la BCE est bien décidée à augmenter les taux d’intérêt pour ramener l’inflation à 2 %.

Ce qui veut dire que le remboursement des seuls intérêts est largement supérieur au taux de  croissance. Appauvrissement assuré en dépensant plus qu’on ne produit.

Il faut donc emprunter toujours plus pour rembourser nos emprunts passés. Cela s’appelle une pyramide de Ponzi, laquelle va s’effondrer dès que nos créanciers perdront patience et confiance.

Avec Macron et Le Maire, tout ce qu’il fallait faire a été écarté et tout ce qu’il ne fallait pas faire a été fait.

C’est la politique du chèque sans provisions qui prévaut, pour acheter la paix sociale ou quémander des suffrages à chaque occasion. Après moi le déluge… Le patriotisme, l’intérêt national, l’avenir des générations, autant de sujets majeurs que Macron méprise.

Les dépenses publiques approchent les 60 % du PIB, record mondial et les prélèvements obligatoires atteignent 46 %, juste derrière la Danemark.

Sur 1 000 euros de dépenses publiques en 2022 ( source Figaro ) :

262 vont aux retraites

205 à la santé

97 à l’éducation

40 à la charge de la dette, soit 4 % 

Ce qui signifie que la charge de la dette est supérieure au budget Défense, au budget Famille, au budget Sécurité, au budget Justice, etc.

Nous sommes bien les cancres de l’Europe.

De Gaulle et les barons du gaullisme doivent se retourner dans leur tombe, eux qui ont légué au peuple français la deuxième puissance économique au monde, derrière les États-Unis, mais devant le Japon et l’Allemagne, qui n’étaient pas encore tout à fait relevés de la guerre.

Ce pays n’est plus gouverné depuis des décennies et roule vers l’abîme, avec l’assentiment de tous les partis politiques, hormis Reconquête. Car le RN n’est plus crédible à force de pratiquer la danse du ventre.

Jacques Guillemain, France Laïque

ADDFREESTATS.COM AUTOCODE V4.0 –> AddFreeStats.com Free Web Stats! Ecoutez DJMusic.fr RutubePublié le Laisser un commentaire sur Dette : la France au niveau de la Grèce de 2010, alors en faillite ?

Démographie en déclin : l’enjeu des diasporas, en France et en Europe

Articles  : Jan. 2023Dec. 2022 –   Nov.2022  –  Oct. 2022 Facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=100069673161887

La démographie mondiale est en train de se retourner. Partout sur la Terre, le taux de fécondité  diminue jusqu’à passer sous les 2,1 enfants par femme nécessaires au renouvellement des générations. En Europe, la moyenne est de 1,53. La France résiste plutôt mieux que les autres pays européens avec 1,86 (en dessous du taux de renouvellement) alors que l’Allemagne est à 1,54. On estime ainsi que l’Allemagne devrait être moins peuplée que le France en 2045. D’ici 2060, l’Allemagne devrait perdre 15 millions d’habitants et avoir une population de 66 millions d’habitants, contre 80,5 millions actuellement.

Mais ce phénomène n’est pas qu’européen. Le taux de fécondité est de 1,6 en Chine, 1,87 aux États Unis et 1,75 au Brésil. Même des pays ayant traditionnellement beaucoup d’enfants voient leur taux de fécondité baisser rapidement. Il est passé, en cinquante ans, de 7,57 à 2,66 en Algérie, de 5,41 à 2,40 en Inde. Seule l’Afrique noire résiste, mais même le Niger, le pays ayant le taux de fécondité le plus important au monde, constate une baisse pour l’instant modeste (de 7,60 à 6,35 en cinquante ans).

Dans ces conditions, la population va devenir une ressource de plus en plus rare et précieuse pour de nombreux pays. Cette « ressource humaine » est d’ailleurs plus recherchée quand elle est jeune, diplômée, riche (ce qui peut compenser la jeunesse) et facilement intégrable dans le pays d’accueil. Cela va créer une concurrence exacerbée entre les États, voire des guerres.

La guerre en Ukraine peut d’ailleurs être considérée comme l’une des premières « guerres démographiques ». Malgré une politique nataliste, la Russie a un très faible taux de fécondité (1,61) et une population de seulement 143,4 millions d’habitants pour peupler le plus vaste pays du monde. En dehors de l’aspect géostratégique, une augmentation de sa population est la chose la plus précieuse que la Russie peut gagner dans cette guerre. En effet, le pays ne manque pas de matières premières ni de terres cultivables mais plutôt de bras pour s’en occuper. En 2014, l’annexion de la Crimée lui a déjà fait gagner deux millions d’habitants et il y aurait, actuellement, presque trois millions de réfugiés ukrainiens en Russie sans compter les populations des territoires nouvellement annexés.

De son côté, la Hongrie a adopté une politique beaucoup plus pacifique. Suite au traité du Trianon de 1920 qui a redéfini les frontières, de nombreux Hongrois se sont retrouvés en dehors de leurs pays. Cela représente environ deux millions de personnes, dont plus de la moitié en Roumanie. La politique hongroise consiste à apporter des aides financières à ces pays pour le maintien de la culture et de la langue hongroises et elle permet à ces populations et à leurs descendants d’accéder à la citoyenneté hongroise. Cela permet à la Hongrie de disposer d’une réserve de population facilement assimilable sans recourir à une immigration allogène.

Pour ce qui est de la France, il est pour l’instant exclu de procéder à un tri de l’immigration. Mais il est, en revanche, possible que le phénomène inverse se produise. Il y a, en effet, en France des communautés qui sont restées proches de leur pays d’origine et auquel les descendants s’identifient encore. Il y a, par exemple, 1,7 million de Marocains dans notre pays et 2,6 millions d’Algériens. On peut imaginer que si la situation économique de la France continuait à se dégrader alors que celle des pays d’origine s’améliorait, on pourrait assister à une remigration massive, sachant par exemple que trois quarts des Marocains résidant à l’étranger pensent rentrer au Maroc un jour. Cette perspective serait vue d’un bon œil par certains politiques français. En revanche, celle-ci matérialiserait un déclin économique et même l’accentuerait, puisque ce sont toujours les plus diplômés et les entrepreneurs qui partent en premier. On a déjà constaté le phénomène avec la population juive de France, qui est passée de 530.000, en 1970, à 449.000, aujourd’hui. La plupart sont allés s’installer en Israël, qui favorise cette immigration.

Les prochaines années vont donc voir une concurrence accrue des pays du monde pour une main-d’œuvre qui va se faire de plus en plus rare. Les diasporas seront particulièrement ciblées car souvent instruites et rapidement intégrables dans le pays d’origine.

Nicolas Hague, dans BV

ADDFREESTATS.COM AUTOCODE V4.0 –> AddFreeStats.com Free Web Stats! Ecoutez DJMusic.fr RutubePublié le Laisser un commentaire sur Démographie en déclin : l’enjeu des diasporas, en France et en Europe

Minute « Notre planète » : quand la miss météo de TF1 déconseille la viande !

Articles  : Jan. 2023Dec. 2022 –   Nov.2022  –  Oct. 2022 Facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=100069673161887

Tatiana Silva a tous les talents. Issue d’un milieu modeste, elle est née en Belgique dans une famille cap-verdienne et, grâce à ses dons et à sa détermination, n’a remporté que des succès. Élue Miss Belgique à 19 ans, puis présentatrice météo sur la chaîne nationale de nos voisins, elle a également participé à des émissions de télévision dont elle s’est tirée avec les honneurs – en France, « Danse avec les stars », où elle s’est classée troisième. Belle, élégante, intelligente et pleine d’aisance, elle présente la météo sur TF1 en alternance avec l’admirable Évelyne Dhéliat, toujours à son poste.

Dimanche 29 janvier, Tatiana Silva présentait la météo du soir sur TF1, juste avant le journal de 20 heures. Pas de problème, jusque-là. Dans une jolie robe sombre et avec un superbe sourire, elle serait parvenue à faire admettre au peuple de France que, bon, janvier, c’était pas si mal et que, même si on avait froid, il n’y avait pas de quoi s’énerver. Tout cela avec une décontraction parfaite.

On en arrivait à la fin quand Tatiana Silva a donné ses conseils dans la minute « Notre planète ». Après un couplet assez convenu sur le réchauffement climatique, son lien avec l’alimentation et une invitation à consommer des produits locaux et non transformés, elle est partie dans un délire surprenant (quoique visiblement écrit) sur la viande, conseillant de « retirer quelques jours [par semaine], voire totalement la consommation de viande. »

Qu’est-ce que c’est que cette histoire ?, se demande immédiatement le téléspectateur estomaqué. Quel rapport cela peut-il avoir avec le temps qu’il va faire ? Et si la nécessité de consommer local et non transformé est avérée, retirer la viande de son alimentation fait débat. En d’autres termes, pourquoi demande-t-on à une présentatrice météo, si belle et compétente fût-elle, de donner des ordres au bon peuple pour faire ses courses ? « Uniquement si vous le souhaitez, bien sûr », conclut prudemment Tatiana Silva. Mais si on ne le souhaite pas, ne sera-t-on pas un immonde viandard ? Comment ne pas souhaiter rendre service à la planète ?

Les médias ont dépassé le stade du « nudge », cette injonction « bienveillante », par de petits pictogrammes, à faire « les bons gestes » : ils en sont désormais à dicter ce que le panier de la ménagère doit contenir. Et demain, on supprimera le « si vous le souhaitez », devenu superflu.

Qui aurait cru qu’un bulletin météo finirait par vous conseiller de supprimer la viande ? Eh oui, on est en 2023, les choses changent. Chaque programme télévisé contient de petites capsules de bonne parole, comme chaque série véhicule de petits morceaux de « bons messages ». On se souvient de la phrase glaçante (et tellement vraie) de Patrick Buisson, pour qui les foyers avaient remplacé la lumière rouge de la présence réelle (cette lumière signale la présence de Dieu dans le tabernacle des églises) par la lumière bleue de la télévision, allumée en permanence dans les foyers. Disons que les dogmes et les homélies ont changé en même temps que la couleur de la lumière. Décidément, la seule façon convenable d’allumer sa télé, c’est avec de l’essence.

Arnaud Florac, dans BV

ADDFREESTATS.COM AUTOCODE V4.0 –> AddFreeStats.com Free Web Stats! Ecoutez DJMusic.fr RutubePublié le Laisser un commentaire sur Minute « Notre planète » : quand la miss météo de TF1 déconseille la viande !