Autriche. Des dizaines de milliers de personnes dans la rue pour dénoncer les conséquences des mesures prises contre la Russie

Spread the love

Articles  : Sept. 2022Aout 2022Juil. 2022Juin. 2022 Facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=100069673161887

Les protestations contre le prix du gaz augmentent en Europe. Les citoyens européens sont de plus en plus mécontents des orientations prises par leur pays et organisent des manifestations pour exprimer leur opinion contre l’UE et ses sanctions. En Autriche, des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue pour réclamer des changements politiques. Cependant, les principaux médias occidentaux continuent d’ignorer les protestations.

Le 17 septembre, les rues de Vienne et de huit autres grandes villes autrichiennes ont été envahies par des dizaines de milliers de manifestants furieux de la hausse incontrôlée du prix de l’essence et du coût de la vie. Bien que la police locale ait refusé de révéler ses estimations officielles, certaines sources affirment qu’environ 20 000 personnes ont participé aux manifestations à Vienne, et environ 10 000 autres dans les villes de Linz, Bruck an der Mur, Salzbourg, Innsbruck, Klagenfurt St. Polten, Eisenstadt et Bregenz.

Les manifestations ont été organisées par plusieurs groupes politiques différents, mais le plus important était la fédération syndicale OeGB. Comme on l’a vu récemment dans d’autres régions d’Europe, des individus d’idéologies politiques différentes se sont réunis pour une cause commune : l’amélioration des conditions de vie des gens et la fin de la politique économique désastreuse qui est actuellement menée. Les dirigeants politiques autrichiens ont indiqué que l’objectif principal des manifestations est de faire pression sur l’alliance gouvernementale – formée par une coalition conservatrice-verte -, que l’OeGB considère coupable de « rester les bras croisés alors que la vie devient inabordable ».

À Vienne, où se concentrent les protestations, un grand rassemblement a été organisé par les syndicalistes. De nombreuses critiques contre le gouvernement, les grandes entreprises et l’UE ont été formulées lors des discours. La mobilisation populaire était telle que le président autrichien lui-même a exprimé sa solidarité avec la situation et a communiqué avec ses électeurs via ses réseaux sociaux afin d’apaiser la colère populaire. Il a déclaré être solidaire de la population en cette période de difficultés économiques mais n’a pas été en mesure de promettre une véritable solution au problème.

« Cette solidarité ne doit pas seulement être ressentie dans le cœur mais surtout dans le portefeuille de ceux qui se demandent comment payer leurs courses à la fin du mois », a souligné Alexander Van der Bellen en commentant les manifestations dans une publication sur les réseaux sociaux.

D’autres responsables locaux ont également fait des déclarations face aux protestations. Le maire de Vienne, Michael Ludwig, a par exemple déclaré que la récente augmentation des prix est un véritable défi pour une grande partie de la population et a déclaré soutenir la demande des syndicalistes pour des changements dans la politique économique et des augmentations de salaire. Toutefois, comme le président, M. Ludwig n’a pas critiqué la véritable racine du problème, à savoir l’adhésion du bloc européen aux sanctions anti-russes, qui sont à l’origine de la crise énergétique actuelle.

La plupart des médias occidentaux ont tout simplement ignoré les manifestations, refusant d’en rendre compte. Une autre partie en a rendu compte sans se pencher sur les véritables revendications des travailleurs autrichiens.

Quelques jours avant les manifestations, un sondage réalisé par l’institut sociologique autrichien Institut fur Demoskopie und Datenanalyse (IFDD) a révélé que près de 80 % des citoyens autrichiens se sentent affectés par les sanctions contre la Russie. Dans l’enquête, 78% des personnes interrogées ont déclaré avoir subi des effets secondaires des sanctions. Plus encore, 31% des personnes interrogées ont même déclaré qu’elles pensaient que les mesures étaient en fait dirigées contre l’Autriche elle-même plutôt que contre la Russie, étant donné l’impact que subit le pays. Dans certaines enquêtes récentes menées dans d’autres pays européens, il est également possible de constater que les citoyens locaux voient les sanctions de la même manière, estimant que leurs pays sont les véritables cibles des mesures – ce qui révèle à quel point la population européenne se sent lésée par les attitudes de ses propres gouvernants.

En effet, les citoyens européens n’ont pas tort dans leur perception. Les sanctions affectent en fait l’Europe bien plus que la Russie elle-même. Plus encore, elles profitent aux États-Unis, qui ont finalement réussi à détruire la coopération énergétique russo-européenne. Ce n’est pas un hasard si c’est Washington qui planifie et propose ces sanctions, auxquelles les dirigeants européens ont adhéré docilement, affectant ainsi leurs propres intérêts. Donc, en effet, ces sanctions sont conçues contre l’Europe. Et, sachant cela, les gouvernements européens doivent immédiatement inverser ces mesures avant que l’hiver n’arrive et que la crise ne devienne une véritable catastrophe sociale.
 Breizh-info.com

AddFreeStats.com Free Web Stats! Ecoutez DJMusic.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.