Ce que veulent les Allemands, c’est nous laminer !

Spread the love

Articles : Juin 2021Mai 2021Avr. 2021Mar.2021Fev.2021Jan.2021

Rutube.fr : L’Union Européenne n’a pas de légitimité par les urnes. Leurs représentants sont des technocrates qui ne tiennent pas compte des peuples européens. Il y a une volonté flagrante de gommer toute identité des pays qui la composent, de ravager leur économie au nom d’une mise en commun des connaissances et des technologies. Malheureusement à ce petit jeu, la France sort grande perdante. Notre économie n’a jamais aussi faible depuis l’entrée dans l’Union Européenne .

Il y a bien longtemps que les Allemands ont oublié que nous avons été les premiers à leur tendre la main, alors que toute la planète les haïssait, quand de Gaulle et Adenauer ont scellé cette nouvelle amitié en 1963. C’est d’ailleurs cette paix entre Paris et Berlin qui a permis la construction de l’Europe, et non pas l’Europe qui a amené la paix. Ne renversons pas les rôles, comme aiment le faire les ayatollahs de l’UE.

Avec la mondialisation et une immigration de masse qui refuse de s’intégrer, c’est plutôt la guerre que l’UE va nous apporter ! Mais c’est un autre sujet.

Les Allemands nous ont été reconnaissants aussi longtemps que la France a été forte, surfant sur le boom des Trente Glorieuses, et l’Allemagne encore faible. Mais après la réunification et avec l’avènement de l’euro, un ersatz du mark allemand, donc une monnaie beaucoup trop forte pour notre économie écrasée de charges et peu compétitive, nos voisins et “amis” ont vite retrouvé cet esprit de domination et cette arrogance qui nous ont valu trois guerres en moins d’un siècle, sans parler de l’époque napoléonienne.

Je partage donc à 100 % la vision de l’eurodéputé RN Hervé Juvin :

« Il n’y a pas de couple franco-allemand, il y a des déclarations d’amour de la France à l’Allemagne qui ne sont suivies d’aucun effet. »

Oui, les manœuvres allemandes contre les intérêts français sont systématiques et se multiplient.

https://fr.sputniknews.com/economie/202106051045690438-pressions-allemandes-france-clairement-dire-carton-rouge/?utm_source=push&utm_medium=browser_notification&utm_campaign=sputnik_fr

Cela commence avec le démantèlement d’EDF, notre fleuron industriel champion du nucléaire et de l’électricité décarbonée. Pourquoi ? Parce que notre électricité peu chère est le seul atout dont bénéficient nos industriels dans cette concurrence sauvage permanente intra-européenne.

Sous couvert d’écologie, les Allemands, véritables décideurs de l’UE et qui ont la haine de l’atome, veulent contraindre la France à diversifier ses sources d’énergie, à des prix astronomiques, pour financer une électricité intermittente et non pilotable, soumise au bon vouloir du soleil et du vent.

Une folie incompréhensible pour tout esprit sain et équilibré. Mais on se demande si à l’Élysée et à Matignon il reste encore des esprits sains.

Nous allons détruire notre filière d’excellence et perdre notre indépendance énergétique pour promouvoir une énergie coûteuse et indisponible les 3/4 du temps ! Nous sommes les  premiers de la classe en matière d’émissions CO2, il faut donc saborder notre électricité décarbonée et interdire à la France de dominer le marché du nucléaire.

Le deuxième combat que mènent les Allemands est la destruction programmée de l’agriculture française en imposant à nos paysans des normes environnementales ruineuses et intenables, tout en conditionnant les crédits de la PAC au respect de ces normes. Le fameux “green deal” que veut imposer Ursula von der Leyen. La présidente de l’UE n’est pas allemande pour rien…

https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/pac-tue-t-elle-agriculture-ce-qu-disent-nos-candidats-aux-elections-europeennes-1668989.html

Un euro trop fort ayant déjà détruit notre industrie, c’est au tour de notre agriculture, un autre fleuron français, d’agoniser peu à peu. Après avoir perdu notre indépendance énergétique, nous allons perdre notre indépendance alimentaire !

Le troisième combat que mènent nos amis contre nos intérêts réside dans des coopérations industrielles déséquilibrées, la France tenant systématiquement le rôle du dindon.

Le dernier dossier industriel en date est celui du SACF, le système de combat aérien du futur, le successeur du Rafale et de l’Eurofighter  Typhoon, ainsi que le programme du futur char de combat MGCS.

Système de combat aérien du futur : Berlin n’entend rien lâcher sur la question de la propriété intellectuelle

Précisons que depuis 1945 l’Allemagne a perdu son savoir-faire dans de nombreux domaines de l’armement, à commencer par la construction d’un avion de combat, véritable synthèse de multiples brevets industriels de pointe, ce qui n’est pas à la portée de n’importe quel pays.

L’Allemagne a beau être un géant industriel, avec d’indiscutables cerveaux de haut niveau, force est de reconnaître qu’en 2021 elle n’a pas la compétence pour construire un Rafale, chasseur polyvalent capable de missions d’interception haute altitude et de missions de bombardement, avec un système d’armes des plus sophistiqués.

Les pays capables de construire un avion de combat performant se comptent sur les doigts d’une seule main. C’est un domaine des plus complexes.

C’est donc à un ensemble de brevets et de secrets industriels que Berlin entend avoir accès sans restriction, dixit Angela Merkel, en bonne Prussienne qu’elle est.

Olivier Dassault, farouchement opposé à tout transfert de technologie, n’est malheureusement plus là pour tenir tête à ceux, en France, qui ne voient aucun inconvénient à brader la propriété intellectuelle de Dassault.

Ce que visent les Allemands, ce n’est pas une suprématie militaire quelconque, ce n’est plus dans leurs gènes. Ce qu’ils visent, c’est le marché mondial de l’armement, domaine où ils ne sont devancés par la France.

Le quatrième combat que mènent les Allemands est un combat diplomatique.

Car la puissante Allemagne, fière de son écrasant PIB et de son excédent commercial  de 280 milliards, le second derrière la Chine, jalouse notre siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU et surtout le droit de veto qu’il nous confère.

Voilà un pays qui ne veut pas s’impliquer sur l’échiquier international, qui refuse de nous soutenir en troupes de combat au Sahel, un pays opposé à l’arme nucléaire, mais qui voudrait siéger en tant que membre permanent au Conseil de sécurité.

Et le vice-chancelier allemand n’a rien trouvé de mieux que de proposer que la France cède son siège onusien et son droit de veto en faveur de l’UE !!

https://www.lepoint.fr/europe/onu-l-allemagne-veut-que-la-france-cede-son-siege-au-conseil-de-securite-30-11-2018-2275513_2626.php

Mais qui peut encore croire que les Allemands sont nos amis. Ils n’ont pas d’amis et n’ont que des intérêts, à commencer par l’euro qui les enrichit et nous ruine.

Le cours d’une monnaie étant le reflet d’une économie, l’euro est bien trop fort pour l’Italie ou la France, deux pays qui s’effondrent peu à peu, alors que l’Allemagne devient de plus en plus puissante.

D’où ces pressions permanentes, ces coopérations à sens unique, pour priver la France des derniers atouts qu’elle a encore en mains.

Il faut dire que nos dirigeants, Sarkozy, Hollande ou Macron, nourrissent un puissant complexe d’infériorité devant l’Allemagne, ce qui les a conduits à toujours tout céder à Angela Merkel.

Sur ce sujet, je partage la position du RN, seul parti à dénoncer les insupportables attaques de l’Allemagne contre nos intérêts.

Pour les Allemands, nous n’avons jamais été leurs amis. Nous sommes leurs concurrents au même titre que tout pays étranger.

Et Zemmour vient de le dire : “La France peut réussir sans l’Allemagne”.

Jacques Guillemain, dans Riposte Laïque

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.