Remigration, la grande illusion

Spread the love

Articles  : Fev. 2021 – Jan. 2021 – Dec. 2020 – Nov. 2020

Très bon article, détaillé et plein de bon sens de Jacques Guillemain.

La Remigration est le concept clé de la pensée identitaire. Un concept qui fait son chemin depuis une dizaines d’années dans les débats et qui se résume à un choix binaire :

 “Remigration ou guerre civile”. Ce combat que mènent les Identitaires pour défendre le pays représente incontestablement l’école du courage.

De leur côté, le pouvoir, les élus, les médias, les juges, qui ont totalement perdu le contrôle de la situation, ne savent qu’étaler leur renoncement par peur des émeutes.

Leur credo, c’est “Soumission ou guerre civile”, en quelque sorte. Et là, c’est la parfaite illustration de la lâcheté qui nous mène au chaos racial.

Ce genre d’alternative, plus que simpliste, me rappelle le slogan des communistes dans les années 70-80 : “Plutôt rouges que morts”.

Choix trompeur et effrayant, auquel les patriotes anticommunistes les plus lucides répondaient : “ni rouges, ni morts”.

L’Histoire, en 1989, a donné raison à ces derniers. Comme quoi, le pire n’est une fatalité que si on capitule sans combattre.

Et je serais tenté de répondre aux fans de la Remigration : “Ni Remigration, ni guerre civile”.  Mais rien n’est gagné.

Comme tous les patriotes qui refusent d’être dépossédés de leur pays et qui n’accepteront jamais de brader leur héritage culturel à des populations immigrées qui refusent de s’intégrer, j’ai une profonde admiration pour ces jeunes Identitaires qui mènent le combat que les élus, bien trop lâches, n’osent pas porter.

Leur courage est admirable. Ils sont les dignes descendants de nos Poilus, qui se sont sacrifiés pour que notre France millénaire reste libre et indépendante.

L’engagement des Identitaires, c’est un combat existentiel pour défendre notre identité et nos racines contre les assauts de ceux qui rejettent notre Histoire, notre culture et nos traditions séculaires.

C’est un combat éminemment légitime et la persécution dont ils sont victimes est une ignominie sans nom.

La dissolution de Génération Identitaire, c’est un coup de poignard dans le dos des patriotes. Ceux qui osent se prêter à cette trahison sont des antifrançais, des lâches qui donnent raison à ceux qui propagent la haine anti-Blancs, à ceux qui crachent sur la France en toute impunité, à ceux qui veulent imposer la charia à la place de la loi républicaine.

La dissolution de Génération identitaire n’est pas  seulement un crime contre la liberté d’expression, elle est surtout un signe de soumission extrême de nos élus à tous ceux qui veulent la disparition de notre France millénaire.

Depuis des années, les élus déploient plus d’acharnement à persécuter la sphère patriote qu’ils n’en montrent à combattre les ennemis de la France, comme par exemple les jihadistes partis servir sous la bannière de l’EI. Ils ont trahi la France, mais ils conservent la nationalité française et leurs droits sociaux !

Dupond-Moretti vient de déclarer :

“Les Identitaires sont des gens qui n’ont pas une envie folle du vivre-ensemble républicain. La dissolution d’associations qui ont des visées séparatistes me paraît une bonne chose”.

Notre garde des Sceaux fait dans le grandiose. Les Identitaires qui veulent sauver leur pays du naufrage culturel et dénoncent les enclaves islamistes qui explosent sur le territoire, sont de dangereux séparatistes ! Un tel renversement des valeurs dépasse l’entendement !

Dupond-Moretti ignore sans doute que 60 % des jeunes musulmans souhaitent instaurer la charia à la place de la loi républicaine. Dans les banlieues, on écoute les barbus, pas le ministre de la Justice.

Mais, entre ceux qui rejettent la République et ceux qui la défendent, Dupond-Moretti a apparemment choisi son camp.

En France, quand des Tchétchènes font la loi dans les rues de Dijon à coups de kalachnikov, l’État se couche. Mais quand des patriotes manifestent avec des banderoles pour toute arme, on dissout leur mouvement ! Quel courage, Monsieur le ministre, quelle belle impartialité de notre justice !

Pas étonnant que Gérard Collomb nous ait prédit la guerre civile dans les cinq ans. Avec des politiques tapant systématiquement sur les défenseurs de la patrie qui veulent nous éviter la confrontation et la désintégration de la nation, nous sommes vraiment mal partis !

Les patriotes se retrouvent entre l’enclume et le marteau. Entre ceux qui refusent de s’intégrer et un pouvoir immigrationniste qui nie l’échec de l’intégration.

Mais j’en viens à la Remigration, le rêve de tout patriote, nostalgique des années 70, quand la France riche et prospère ne connaissait ni chômage, ni insécurité, ni racisme, ni émeutes des cités, ni drogue, ni violences, ni viols en tournantes, ni voitures brûlées, ni attaques de commissariats, etc.

C’était la France riche et enviée, que de Gaulle et ses barons nous avaient léguée.

Hélas, je dois dire aux inconditionnels de la Remigration que cette France des Trente Glorieuses, quand nos banlieues peuplées de Français, d’Italiens, d’Espagnols et de Portugais étaient des havres de paix, fleuris et souriants, vous ne la reverrez plus jamais.

La Remigration n’est qu’un leurre, un fantasme de doux rêveur, qui n’a aucune chance de devenir réalité.

Autant je soutiens la thèse du Grand Remplacement, qui est une réalité indéniable et facile à démontrer, tant les chiffres du tsunami migratoire sont incontestables, autant je maintiens que le concept de la Remigration est totalement illusoire.

Tout patriote aimerait que cela soit possible, mais soyons réalistes et gardons les pieds sur terre.

Quand les Identitaires font le constat de l’échec de l’assimilation et de l’intégration, nul ne saurait leur donner tort, évidemment.

D’ailleurs, les 3/4 des Français sont opposés à toute immigration supplémentaire et reconnaissent que l’islam est incompatible avec la République.

N’importe quel citoyen qui fait l’effort de lire le Coran comprend que ce texte sacré est à la fois une Bible religieuse, une Constitution, un Code civil et un Code pénal.

Et si les Chinois veulent le réécrire à la sauce du PCC, c’est que le Coran, partout où il s’impose, entend régner sans partage.

Donc les idées identitaires sont bien majoritaires dans le pays et chacun reconnaît que l’immigration est devenue un boulet économique et social, tandis que l’islam politique est perçu comme une menace pour la cohésion de la nation.

La bataille culturelle que mènent les Identitaires est donc bien gagnée dans l’opinion.

Mais dire que la Remigration est nécessaire puisque l’intégration a échoué ne la rend pas pour autant réalisable. Vouloir, ce n’est pas pouvoir.

Amis Identitaires, je partage vos craintes et suis à 100 % de votre côté dans votre combat existentiel, mais pour ce qui est de la Remigration, je reste persuadé que c’est mission impossible.

Robert Ménard vous l’a déjà dit, sans prendre de gants : “La Remigration est une bêtise absolue, une véritable absurdité”.

Désolé, Robert Ménard, la remigration est aussi possible que nécessaire

https://www.les-identitaires.com/2019/10/02/desole-robert-menard-la-remigration-est-aussi-possible-que-necessaire/embed/#?secret=eZwOx62Wzq

Jean-David Cattin (Les Identitaires) : « prendre des mesures politiques réalistes pour résoudre le problème de l’immigration » [Interview]

https://www.breizh-info.com/2017/03/04/63660/les-identitaires-prendre-mesures-robleme-immigration-remigration-interview-jd-cattin/embed/#?secret=Li2Z3bW2RN

Je ne serai pas aussi cassant, je me contenterai de dire que c’est un rêve totalement irréalisable.

Votre diagnostic sur l’état de la France et les ravages de l’immigration est incontestable.

Oui, l’assimilation et l’intégration ont échoué.

Oui, la criminalité a été multipliée par cinq en quelques décennies. Oui, 70 % de nos détenus sont musulmans.

Oui, l’immigration nous ruine. Qui peut dire le contraire quand un seul mineur isolé nous coûte 50 000 euros par an ?

Oui, les islamistes entendent imposer leur loi au mépris de la République.

Oui, vous avez gagné la bataille des idées, puisque les 3/4 des Français pensent comme vous, même si leurs convictions ne se traduisent pas dans les urnes. Sans doute sont-ils masochistes ?

Et sur vos propositions visant à stopper l’immigration et à restaurer l’autorité de l’État, vous avez également raison.

Sur le regroupement familial, la double nationalité, le droit du sol, la déchéance de nationalité pour les malfrats et les jihadistes, l’expulsion des clandestins, la suppression de l’AME et de toutes les pompes aspirantes qui attirent toute la misère du monde, sur le laxisme judiciaire et l’absence de réponse pénale, toute la sphère patriote est d’accord avec ça.

Sur le racisme anti-Blancs, sur la haine de la France qui se propage et sur l’impuissance de l’État, votre constat est encore juste.

Tout le monde sait aussi que le Grand Remplacement est une réalité et que, si rien n’est fait pour stopper la submersion, les natifs seront minoritaires sous peu dans leur propre pays.

Le solde net des naissances est inférieur à 200 000, dont 25 à 30 % d’origine immigrée, alors qu’il entre 500 000 immigrés chaque année en France. Pas besoin d’être devin pour prédire le naufrage identitaire du pays.

Mais si stopper le tsunami migratoire est possible, prétendre faire partir 10 à 12 millions d’immigrés extra-européens, c’est du pur délire.

D’abord, ils sont français. Il faudrait donc les déchoir de la nationalité française et les expulser. Vaste programme !

Je ne vois pas ces millions d’immigrés repartir docilement dans leur pays, de façon “pacifique et concertée”.

Dois-je rappeler que le PIB de l’Afrique, avec son 1,2 milliard d’habitants, est inférieur à celui de la France ?

Le PIB moyen d’un Africain, c’est 2 000 dollars par an. Dans certains pays du Sahel, c’est 10 fois moins.

En France, on dépense pour chaque mineur isolé 25 à 30 fois ce que gagne un Africain moyen quand il travaille.

Et vous croyez que nos millions d’immigrés, dont beaucoup vivent des minimas sociaux, vont accepter de partir et de perdre la manne sociale que l’Eldorado français leur distribue sans contrepartie ?

Une étude de l’Insee nous apprend que la part de social dans les revenus d’un salarié originaire d’Afrique ou du Maghreb, est de 24 %, celle d’un  natif est de 4 %.

On voit mal un polygame avec ses 4 femmes et ses 46 gamins, un record, laisser tomber ses milliers d’euros qui tombent chaque mois sans travailler, pour aller crever de faim au Mali !

Et vous pensez  qu’avec un petit bakchich cet Africain va repartir ?

Nos immigrés envoient chaque mois de l’argent au bled ou au village. Ce sont des transferts conséquents très prisés des États africains qui poussent à l’émigration de leur ressortissants.

Ne comptons pas sur leur soutien pour reprendre leurs ressortissants, même avec un chantage aux aides au développement.

Donc, si nos 12 millions d’immigrés refusent de partir, comment fait-on ?

La force ? Soyons sérieux.

Combien de charters faudrait-il pour expulser des millions d’individus ? Combien de bateaux ?

Car n’oublions pas que les aéroports et les ports leur seront fermés. On ne survole pas un pays sans autorisation.

J’entendais un fan de la Remigration citer l’exode estival de nos Maghrébins pour montrer que les flux massifs de départs sont possibles. Soyons sérieux, un vacancier qui part volontairement n’est pas un expulsé de force.

J’ai vu combien il était parfois difficile d’expulser un seul clandestin récalcitrant par avion.

Va-t-on mettre deux policiers accompagnateurs pour chacun des 12 millions d’immigrés quittant le territoire ?

Les exemples de l’Histoire.

On nous cite l’Australie, les États-Unis, qui ont expulsé des clandestins.

Les Australiens ont fermé les frontières en combattant le mal à la racine, sans attendre d’avoir 20 % d’immigrés.

Les Américains ont expulsé 2 millions de clandestins sur 320 millions d’habitants. C’est très bien, mais cela représente proportionnellement 400 000 clandestins chez nous, et pas 10 ou 12 millions d’expulsés.

Quant au groupe Visegrad, cité en exemple, il a lui aussi traité le mal à la racine avant qu’il ne se propage.

Le Japon ? Il a toujours refusé toute immigration. Nation culturellement homogène qui n’a pas besoin d’expulser.

Le Pakistan et l’exode des musulmans fuyant l’Inde ? Combien de milliers de morts des deux côtés ? Plus de 500 000 et atrocités en tous genres.

Les Rohingyas ? Pensez-vous que nos élus vont endosser l’uniforme de la junte birmane ?

Les Ouïghours ? Qui oserait contrer la toute puissante Chine qui se permet de réécrire le Coran, alors que les Occidentaux se couchent devant chaque barbu ?

Les déportations de la guerre ou de l’après-guerre ? Pas comparable, sauf à déclencher la guerre civile. On ne va pas jouer les Staline.

Car la guerre civile, elle peut venir de deux façons. Soit en laissant prospérer l’immigration jusqu’à ce que les natifs deviennent minoritaires, et ce sont les islamistes qui la déclencheront. Soit en se lançant dans une remigration de force, que les millions d’immigrés refuseront.

Croyez-vous sérieusement que nous allons rejouer “la valise ou le cercueil” à l’envers ? Un million de pieds-noirs ont pu embarquer sur des bateaux français qui les ramenaient en France. Mais quels sont les immigrés qui embarqueront sur les bateaux les ramenant au Maghreb, lequel fermera ses ports ?

En Israël, il y a 2 millions d’Arabes israéliens sur les 9 millions d’habitants. Qu’on m’en cite un seul qui serait prêt à quitter Israël pour rejoindre ses frères palestiniens en Cisjordanie ou à Gaza !

En 1978, Giscard avait tenté de renverser les flux migratoires. Les aides au retour n’ont eu aucun succès. Le retour forcé fut envisagé et abandonné.

On nous cite aussi le cas des Italiens repartis en masse à la fin du XIXe siècle. Mais c’est oublier qu’ils étaient volontaires pour retourner au pays.

Et que dire des Instances  internationales en cas de remigration forcée ? La France est-elle prête à s’assoir sur les résolutions de l’Onu et à se mettre à dos le monde arabe et une bonne partie de la planète ?

Contrairement à ce que pensent les Identitaires, il n’y aura jamais de départ volontaire massif. Ce sera la violence. Et certains oublient que des milliers d’armes de guerre dorment dans les caves des cités, attendant leur heure.

Toute l’Afrique et le Maghreb souhaitent venir en France. L’horizon de tout jeune, diplômé ou illettré, c’est la France, le paradis social qui n’expulse jamais.

Par conséquent, le concept de Remigration n’est au mieux qu’une grande illusion, au pire une vaste fumisterie.

Les Identitaires se trompent en affirmant que seule la remigration nous évitera la guerre. C’est même le contraire.

Alors, que faire ?

Personne ne croit que ça va bien se passer si on ne fait rien.

La guerre, personne n’en veut, évidemment. Mais elle viendra si rien n’est fait pour stopper le tsunami migratoire ou si on décide de rejeter des millions d’immigrés français à la mer.

On ne fera jamais machine arrière, mais il est encore possible de sauver le pays du naufrage identitaire si nous stoppons immédiatement l’immigration.

Pour avoir nié le danger pendant 40 ans, pour avoir diabolisé JMLP qui sonnait le tocsin sans relâche, nous sommes condamnés à vivre avec nos millions d’immigrés.

Et quel politique aura le courage de reconnaître que JMLP avait raison ? Aucun. Tous des lâches et des hypocrites.

Il n’y aura donc jamais de remigration, pacifique ou forcée. 

Mais tout le programme des Identitaires visant à fermer le robinet, à stopper les pompes aspirantes, à expulser tout clandestin et tout délinquant binational, à rétablir partout l’autorité de l’État, à combattre l’islamisme sans états d’âme, tout cela va évidemment dans le bon sens.

Ensuite, je crois qu’il faut nous inspirer du modèle israélien.

Avec leurs 2 millions d’Arabes qui ont la nationalité israélienne, sur 9 millions d’habitants, comment font-ils pour “vivre ensemble” ?

Pas d’insécurité, pas de violences anti-flics, pas de profs décapités, pas de zones de non-droit, pas de commissariats attaqués, pas de guet-apens contre flics ou pompiers, pas de violences dans les urgences.

Quant l’État sera décidé à reconquérir les quartiers, à supprimer le social à toute famille de délinquant, à restaurer l’autorité des policiers, des enseignants, à expulser tous les clandestins et les criminels binationaux, à combattre l’islamisme partout et sous toutes ses formes, alors on pourra espérer sauver le pays du naufrage identitaire et de la guerre civile.

Après 40 années de renoncement, de lâchetés et de trahisons, je ne vois que la fermeté de l’État comme planche de salut.

Évidemment, pour cela, inutile de compter sur les poules mouillées comme Macron ou les Pieds Nickelés de droite comme de gauche.

Macron avait promis 15 000 places de prison, il a préféré libérer 15 000 prisonniers.

Avec lui, c’est la guerre civile assurée, comme l’annonçait Gérard Collomb, qui a préféré jeter l’éponge à cause d’un Président démissionnaire.

Notre France millénaire a traversé les siècles en affrontant bien des périls. Mais elle est aujourd’hui en danger de mort pour avoir laissé entrer le cheval de Troie.

Frapper les ennemis de la République avec force, ou accepter la libanisation du pays, avec tôt ou tard la guerre civile au bout du chemin. Telle est l’option restante après des décennies d’aveuglement et d’inaction.

La balle est dans le camp des électeurs qui pensent bien, mais votent mal.

Quand le verdict des urnes sera conforme à leurs convictions intimes, alors seulement, nous aurons une chance de nous en sortir.

Il faut que la peur change de camp et que la racaille rase les murs à la vue d’un policier, et pas l’inverse !

Quand des policiers, que des racailles essaient de griller dans leur voiture, n’osent pas sortir leur arme pour se dégager des assaillants, par peur de l’IGS, c’est que le pays est non seulement soumis, mais qu’il est mûr pour l’esclavage.

Jacques Guillemain, Riposte Laïque

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.