10 millions de musulmans : il y a plein de Trappes en France

Spread the love

Articles  : Fev. 2021 – Jan. 2021 – Dec. 2020 – Nov. 2020

La médiatisation excessive de “l’affaire de Trappes” prouve tout simplement que le pouvoir et les médias ne veulent pas voir ce qui se passe partout en France : des Trappes, il y en a dans toute la périphérie parisienne, à Saint-Denis c’est bien pire, à Sarcelles également, à Aubervilliers, dans le Val-de-Marne, et dans toutes les banlieues, la liste serait bien trop longue.

Des Trappes, il y en a dans le Nord, à Roubaix, dans l’Est, à Strasbourg, à Mulhouse, et en descendant vers le sud, à Dijon, Besançon, Grenoble, Lyon, Avignon, bien entendu à Marseille et Toulon, à Montpellier, à Toulouse, ainsi que dans l’ouest et l’Aquitaine, oui, dans toute la France il y a de très (trop) nombreux quartiers qui ne sont plus totalement français, où les cafés sont interdits aux femmes, où il n’y a pas de salons de coiffure mixtes, où l’on ne trouve pas un boucher qui ne soit pas halal, où une femme non voilée ne peut pas se promener en jupe, et encore bien moins en mini-jupe.

Des exemples comme celui du professeur Lemaire sont signalés depuis des années dans tout le pays. De plus graves (Samuel Paty) et de moins médiatisés, “étouffés par la hiérarchie”.

La gauche et l’extrême gauche ferment les yeux par clientélisme, l’angélisme de trop nombreux « autres » met en cause principalement l’éducation, le social, la famille, etc.

Espérer “arranger les choses” dans le long terme, par des négociations municipales, régionales et même préfectorales, n’est qu’illusion : c’est trop tard, car le pays est gangrené.

Seul l’État peut tenter d’y apporter un remède et s’il ne le fait pas, “c’est lui le seul responsable”.

Et ce n’est pas une « Charte pour un islam de France » qui aboutira à une solution. Il est d’ores et déjà rejeté par des associations inféodées à Erdogan et même le CFCM, dirigé par le Franco-Turc Fatih Sarikir, ne s’y résoudra pas.

Plus de dix millions de musulmans en France qui, en grande majorité, pratiquent (ou ne pratiquent pas) leur religion dans la discrétion, tout comme les catholiques et les juifs, selon les principes ordonnés par la laïcité.

Une large minorité gangrène cette population et c’est à cette grande majorité d’y apporter un remède, c’est à elle de les éradiquer, de ne pas se laisser manœuvrer par les “ordres” venus d’ailleurs, notamment de Turquie, et par des associations, des partis, etc. subventionnés par l’étranger.

Plus de 250 mosquées, en France, sont sous leurs ordres et appliquent leurs directives : ce ne sont pas les mosquées qu’il faut fermer, les bâtiments ne sont pas responsables, ce sont les imams qui prêchent dans ces mosquées qu’il faut expulser ou interdire d’exercer.

Un exemple : lors de ces tragiques années 90, ou le FIS et les Frères musulmans ont massacré l’Algérie, un imam a été expulsé d’Alger vers la France. Actuellement, il exercerait à Marseille, vous en êtes certainement informé, Gérald Darmanin, comme tous les ministres de l’Intérieur avant vous, n’est-ce pas ? Pourquoi est-il toujours en exercice ?

Tout le monde en est conscient, même ceux qui ne le disent pas : la source du mal est l’immigration clandestine, illégale, trop nombreuse. Il faut absolument la stopper pour revenir à une immigration choisie, sélective, nécessaire.

Mais il s’agit-là d’un vœu pieux car irréalisable, alors que les ONG, et nous avons pu le voir en direct sur France 2, au cours des infos de 20 h de ce samedi 13, attendent les embarcations des migrants à la limite des eaux territoriales libyennes (une embarcation légère de l’ONG espagnole « Open Arms », repoussée dans un premier temps par un navire garde-côtes libyen, est restée sur place car elle attendait une quarantaine d’illégaux, qu’elle a pu recueillir quelques heures plus tard.

Qui organise et subventionne les frais énormes de toute cette flotte d’ONG internationales, en dehors de leurs accords avec les mafias de passeurs ? Nous aimerions des réponses de l’Union européenne, puisque les gouvernements restent muets !

Comme nous aimerions également des réponses sur notre justice, ses moyens et, surtout, sur certaines solutions préconisées : on évite d’envoyer les délinquants en prison afin qu’ils ne soient pas « radicalisés ». Est-ce la solution ? Ne serait-il pas préférable « d’isoler ceux qui radicalisent », de les éloigner des autres délinquants, et de construire les milliers de cellules pour y incarcérer tous ceux qui sont condamnés ?

Ne serait-il pas judicieux d’expulser tous les étrangers, dès leur première condamnation et ceux en prison à l’issue de leur peine ? Cela laisserait de la place libre.

Ne serait-il pas judicieux de déchoir de leur nationalité française les binationaux récidivistes et de les expulser ?

Ne serait-il pas judicieux d’éloigner de la métropole les « Français » condamnés pour « terrorisme » en France, ou de retour de l’étranger ?

Il faut que l’extrême gauche, les socialos et les politiciens qui nous gouvernent comprennent que ce ne sont pas les médiatisations à outrance de certaines affaires qui permettront de « noyer le poisson ». Et, surtout, que le ministre de l’Intérieur ne résoudra aucun des problèmes majeurs qui gangrènent le pays en s’attaquant à la dissolution d’une association qui se bat pour l’identité française et contre une immigration illégale, qui font justement partie de ces problèmes majeurs  car « il a bien d’autres chats à fouetter ».

La seule réponse ne peut être apportée que par les forces de l’ordre, la police, la gendarmerie. Il faut leur donner les moyens et, surtout, les ordres pour qu’ils puissent imposer les lois de la République dans les zones de non-droit, éliminer tous les trafics de drogue, s’imposer dans les quartiers contrôlés par les « séparatistes » et, enfin, redonner à la France son vrai visage, celui qu’elle n’aurait jamais dû perdre !

Manuel Gomez, Riposte Laïque

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.