Royaume-Uni : les citoyens cesseraient de compter sur la police pour résoudre les affaires

[Note du traducteur* : l’expression « car crimes » correspond aux vols de voitures ainsi qu’aux vols dans les voitures]

Le public a « cessé de compter » sur la capacité de la police à résoudre les crimes, a averti hier l’Inspector of Constabulary de Sa Majesté.

Matt Parr a déclaré que l’absence d’enquête sur des délits tels que les cambriolages et les vols de voitures « corrodait » le lien entre le public et la police, ajoutant que les forces s’étaient « carbonisées » alors que leur capacité à enquêter sur les affaires diminuait, de nombreuses victimes ne prenant pas la peine de signaler les crimes.

Parmi les « crimes de masse » tels que les cambriolages, les « car crimes »* et les agressions mineures, seule une infime partie des délits fait l’objet d’une enquête de police, et encore moins de délits aboutissent à l’arrestation de leurs auteurs.

Un nombre croissant de citoyens « perdent confiance » dans le système de justice pénale, a déclaré le chien de garde de la police. C’est un problème complexe et préoccupant, surtout en ce qui concerne la criminalité de masse, et je pense que le public s’est rendu compte que la capacité de la police à y faire face est extrêmement limitée.

Si vous faites l’objet d’un cambriolage mineur, d’une agression mineure ou d’un « car crimes »*, je pense que les gens en sont arrivés au stade où leurs attentes sont faibles et où la police « réduit » ces attentes parce qu’elle n’a tout simplement pas la capacité d’y faire face.

Il y a des chiffres surprenants sur les vols dans les voitures, mais la plupart des gens, loin de les signaler, abandonnent tout simplement parce que les chances qu’il se passe quelque chose de positif sont minces.

Il a ajouté : « C’est une véritable question d’actualité. Ce niveau de criminalité en volume est corrosif pour la relation entre le public et la police ». Comme la police concentre ses ressources sur les crimes impliquant des victimes vulnérables, la majorité des victimes – qui « paient toutes les taxes » – se retrouvent avec un « service moins bon », a déclaré M. Parr.

Il a ajouté : « On ne peut pas vraiment permettre que cela continue parce que cela corrompt le lien entre le public et la police ».
[…]

Il a ajouté que nous avions des « taux de résolution de crimes en volume étonnamment négatifs » qui ont été publiés ces derniers mois.

Au cours de l’année qui s’est terminée en septembre, seuls 5,4 % des délits de vol ont conduit à l’inculpation d’un suspect. Pour les dommages criminels, ce taux était de 4,9 % et pour les crimes violents, de 7,4 %. Pour les « car crimes », les chances que la police attrape et fasse condamner les voleurs sont tombées à une pour 400 cas seulement. Seuls 0,25 % des vols de véhicules et des effractions de véhicules ont abouti à une peine de prison, une amende, une peine d’intérêt général ou un avertissement l’année dernière, contre 1,1 % en 2017.

Le rapport avertit que la promesse du gouvernement d’engager 20 000 policiers pour remplacer les 22 400 perdus entre 2010 et 2017 ne sera pas une solution miracle.

« Le recrutement prévu… ne résoudra pas tous les problèmes que nous voyons dans la police », a-t-il déclaré.

« Le recrutement de nouveaux agents ne fera que masquer les performances médiocres des forces de police si celles-ci ne parviennent pas à résoudre les problèmes de longue date ou si elles sont incapables d’adapter efficacement leurs ressources à la demande.  »

DailyMail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *