Nos dirigeants savent que la France va vers la sécession… et ils l’accélèrent !

Publié le 29 avril 2019 – par Martin Moisan– Riposte Laique

MACRON : « il y a un islam politique qui veut faire sécession ».
« Nous ne devons pas nous masquer quand on parle de laïcité, on ne parle pas vraiment de laïcité, on parle du communautarisme qui s’est installé dans certains quartiers de la République. » « On parle d’une sécession qui s’est parfois sournoisement installée… on parle de gens qui, au nom d’une religion poursuivent un projet politique, celui d’un islam politique qui veut faire sécession avec notre République. »

COLLOMB : « je crains que demain on vive face à face ».
Déjà lors de son départ du ministère de l’Intérieur, Gérard Colomb nous avait mis en garde : « Je suis allé dans tous ces quartiers, la situation est TRÈS dégradée… parce qu’aujourd’hui on vit côte à côte. Et je le dis toujours, moi je crains que demain on vive face à face. »

HOLLANDE : « Car c’est quand même ça qui est en train de se produire : la partition. »
Miscellanées de ses déclarations aux journalistes Davet et Lhomme ne laissant aucun doute : « Il y a à la fois des choses qui marchent très bien et l’accumulation de bombes potentielles liées à une immigration qui continue. Parce que ça continue. »
« Je pense qu’il y a trop d’arrivées, d’immigration qui ne devrait pas être là. »
« C’est Sisyphe! On les fait parler français, et puis arrive un autre groupe, et il faut tout recommencer. Ça ne s’arrête jamais (…). Donc, il faut à un moment que ça s’arrête. »
« Qu’il y ait un problème avec l’islam, c’est vrai. Nul n’en doute. »
« On ne peut pas continuer à avoir des migrants qui arrivent sans contrôle, dans le contexte en plus des attentats ».
« Comment peut-on éviter la partition ? Car c’est quand même ça qui est en train de se produire : la partition. »

What else ? Que disent-ils que nous ne disons pas ?
Oui, il y a trop d’immigrés en France.
Oui l’islam est une bombe potentielle.
Oui il y a trop d’arrivées.
Oui, il y a trop de gens qui ne devraient pas être là.
Oui, il va falloir que ça s’arrête.
Oui, il y a un vrai problème avec l’islam, nul n’en doute, et surtout pas les gens au pouvoir.
Oui, la laïcité a été dévoyée dans le communautarisme.
Oui, le communautarisme s’est installé dans la République.
Non, nous ne vivons plus côte à côte mais bien face à face.
Oui, la situation est TRÈS dégradée.
Oui, il y a des gens qui poursuivent un projet politique au nom de l’islam.
Oui, l’islam politique veut faire sécession.
Oui, la partition est en train de se produire.

Et que disons-nous qu’ils ne disent pas ?
Oui, il y a bien des menées convergentes et raisonnées pour livrer le pays à la conquête musulmane.
Oui, le pouvoir s’est couché devant l’Islam et nous contraint à faire allégeance.
Oui, le pays est au bord du gouffre.
Oui, la guerre est déjà engagée sur notre territoire.

Et que font-ils ?

Non seulement ils ne font strictement rien pour que cela cesse, mais ils ont fait allégeance et accélèrent à fond le processus pour rendre la submersion irréversible et pour interdire toute opposition.
Signature en catimini du pacte de Marrakech qui rend obligatoire la submersion migratoire et pénalise toute opposition.
Commission RESSIGUIER qui vise à faire évoluer la législation conformément au pacte de Marrakech et aux désirs forcenés de la Licra afin de museler toute opposition à l’invasion.
Dissolution des groupes de patriotes qui s’opposent à la submersion migratoire.
Adoption de résolutions européennes visant à créer une obligation des peuples du Nord vis-à-vis des peuples d’Afrique.
Action perverse combinée des mondialistes immigrationnistes : libéraux au pouvoir et extrême gauche dans la rue pour stériliser la révolte des Gilets jaunes et évacuer la question migratoire pourtant au centre des préoccupations de la France périphérique, victime de l’écrasement de son identité, de la spoliation au profit des nouveaux venus et de la paupérisation des classes moyennes directement liée au coût des migrants.
Poursuite forcenée de l’ouverture des frontières et de la politique de maintien des envahisseurs sur le territoire.

Ces gens sont des escrocs et des pervers

Ces gens au pouvoir et leurs acolytes dans la fausse opposition (LFI, PC, NPA, écolos, LR…), tout comme leurs nervis dans la rue (anars, Black Blocs, no border, Antifas) savent parfaitement ce qu’ils font et quelles sont les conséquences de leur politique et de leurs actes. Ils le déclarent, ils l’avouent sans équivoque. Ces gens sont clairement des escrocs, car ils créent une culpabilité et des obligations que nous n’avons pas à assumer. Ce gens sont des manipulateurs pervers car ils nous narguent en nous déclarant qu’ils sont parfaitement conscients des conséquences dramatiques de leur politique et confirment par leurs actes qu’ils n’ont aucune intention d’en changer.

La dérive totalitaire du pouvoir confirme son impuissance et son illégitimité

Ce pouvoir est illégitime parce que sa politique assumée de destruction de notre peuple et de partition de notre territoire et de notre société est illégitime.
Face à la monté de la rébellion du peuple de France, face à sa prise de conscience du lien direct entre l’immigration et sa paupérisation galopante, face à sa légitime revendication identitaire, ce pouvoir est aux abois. Il sent qu’il est désavoué et qu’il a totalement perdu la confiance des Français qui désertent les urnes et le rejettent en bloc ainsi que tous ses relais de propagande.
Il durcit les mesures répressives et interdit la parole, alors que dans le même temps il ne peut plus que se barricader derrière sa police qui éborgne, qui mutile, qui gaze.
Poursuivant de manière forcenée sa politique de submersion et impuissant à régler quoi que ce soit de ses conséquences désormais inévitables, il n’a plus d’autre recours que de basculer dans le totalitarisme pour tenter de se maintenir contre des oppositions qu’il ne peut plus contenir autrement que par la violence.

Le pacte républicain rompu, tous les moyens deviennent légitimes

Lorsque ceux qui détiennent le pouvoir déclarent que la partition du pays est inévitable, que l’islam politique poursuit un projet de sécession, lorsque dans le même temps ils accélèrent par tous les moyens l’entrée en masse de populations musulmanes porteuses de l’inévitable confrontation qu’eux-mêmes déclarent ne plus savoir comment éviter, et qu’ils répriment le peuple qui se rebelle ; il ne peut plus y avoir ni pacte républicain, ni union nationale derrière ce pouvoir.
Le discours de la préservation des institutions ou de la République contre des menées révolutionnaires ne tient plus car les institutions de la République ont été dévoyées par une caste qui vise à la destruction de la nation et du peuple de France. Ceux qui s’en sont emparé trahissent notre peuple en parfaite conscience, les yeux ouverts.
Par conséquent, tous les moyens sont légitimes pour procéder à l’éviction de ceux qui œuvrent délibérément à créer les conditions de la prochaine guerre de France.

Les forces de l’ordre partagées

Dès le début du mouvement des Gilets jaunes, la base et parfois certains gradés nous ont fait comprendre qu’ils soutenaient le mouvement et que leur position par rapport au pouvoir dépendrait de l’évolution du mouvement. Allez-y, on est avec vous. Autrement dit, les exécutants approuvaient un mouvement du fond populaire clairement positionné contre l’immigration. En revanche, dès que LFI et les casseurs se sont emparés de la rue et ont vidé le mouvement des Gilets jaunes opposés à l’immigration, ils sont restés aux ordres du pouvoir car ils ne se reconnaissaient pas dans cette chienlit de gauche.

La solution n’est plus dans les urnes mais dans la rue

La solution n’est pas dans les urnes, le système électoral est cadenassé de l’intérieur, ils en ont la parfaite maîtrise. Les institutions qu’ils ont dévoyées les protègent de tout aléa électoral ; même et y compris par le déni du vote.

Lors des premiers actes, le mouvement des Gilets jaunes nous a donné un aperçu de ce que pourrait être la solution. Il a été stérilisé par LFI et l’extrême gauche mondialiste favorable à la submersion migratoire et alliées objectives du pouvoir. D’autre part la base des forces de l’ordre est restée loyale au pouvoir pour ne pas cautionner un mouvement d’extrême gauche. Nous devons en faire le retour d’expérience et nous préparer à tenir la rue. L’extrême gauche l’a fait au service du pouvoir, nous allons devoir le faire au service du peuple de France. Le ralliement des forces de l’ordre dépendra de noter capacité à monter notre engagement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *